FRANCE

Sur Twitter, les partisans du mariage gay contre-attaquent avec sarcasme

a___k (twitter)

Sur Twitter, le hashtag "#unpapaunemaman", choisi par l’association Alliance Vita pour protester contre le mariage homosexuel et l’adoption par des couples de même sexe, a largement été détourné. Florilège.

Publicité

C’est l’histoire, tristement banale, d’un événement médiatique récupéré par l’impitoyable univers du Web avant d’être détourné, moqué et parodié. C’est l’histoire du raté 2.0 de l’association Alliance Vita qui a appelé, mardi 23 octobre, à des rassemblements dans plus de 75 villes de France contre le projet de loi ouvrant aux homosexuels le droit au mariage et à l’adoption.

Dans 75 villes de France nous sommes mobilisés pour le droit aux enfants à avoir #UnPapaUneMaman ! #mariagegay

— AllianceVITA 33 (@AllianceVITA33) Octobre 23, 2012

Tout commence quand l’association décide que "Un papa, une maman, on ne ment pas aux enfants" deviendra le slogan de la journée, la devise des anti-mariage pour tous. Derrière ce cri de ralliement, repris sur Twitter, les membres de l’Alliance Vita comptent détailler et commenter le programme de ce happening. 

Seul hic, ce petit projet numérique a clairement sous-estimé la capacité de "pollution" des internautes. Car les pro-mariage gay, dans leur grande majorité, ont été incapables de résister au détournement du hashtag "#unpapaunemaman". En quelques heures, le mot-clé devient un "trending topics" (un sujet très commenté sur Twitter), largement raillé par des milliers d'internautes. 

#UnPapaUneMaman Tant qu'on y est on devrait interdire le divorce. Les parents célibataires, c'est quand même perturbant.

— Athanagore (@GwenArBraz) Octobre 23, 2012

Au-delà du message classique et cliché "un couple gay aimant vaut mieux qu'un couple hétéro alcoolique et violent", les internautes, taquins, préfèrent faire passer leurs opinions avec humour... et sarcasme. Ainsi, tous les prétextes sont bons pour tourner en dérision le slogan, que beaucoup jugent déconcertant de naïveté mais surtout hypocrite.

Premiers visés, les hétérosexuels et leur soi-disant "équilibre" de couple. Dépeints sans ambages, ils apparaissent donc tantôt sous les traits d’individus médiocres - au mieux ! -, tantôt sous ceux d'individus carrément vulgaires.

#unpapaunemaman se rencontrent sur Meetic, se marient et partent en lune de miel sur TF1, achètent une maison sur M6, divorcent sur Fr2.

— ?Salomerainbow?(@Salomerainbow) Octobre 23, 2012

 

Retrouvez les ravages de #UnPapaUneMaman tous les vendredis sur TF1 dans Confessions Intimes.

— Aurélien Fleurot (@afleurot) Octobre 23, 2012

Quelques twittos, plus vindicatifs, n'hésitent pas à poster des commentaires provocateurs, voire inconvenants...

Dans le Nord Pas-De-Calais, le hashtag #UnPapaUneMaman est devenu #UnFrèreUneSoeur.

— Darren(@darrenfog) Octobre 23, 2012

Mais ces attaques sont contrebalancées par certains militants qui préfèrent mener le combat de manière plus poétique (et visuelle) en utilisant un langage - ou une langue... - qui leur est propre. C’est le cas de ces deux jeunes filles s’embrassant sous l’œil offusqué - au second plan - de femmes légèrement plus âgées.

 

 

Autre angle d'attaque sur la plateforme de microblogging : l’âge. Ainsi, un internaute s'interroge, non sans ironie, sur la moyenne d'âge des manifestants.

Il faudrait donc renommer le happening #UnPapaUneMaman en #UnPapyUneMamie

— Hugo Clément (@hugoclement) Octobre 23, 2012

Sans surprise, les catholiques ne sont pas épargnés et le hashtag "#unboncatho" est rapidement venu s'associer à "#unpapaunemaman". Caricaturés en dévots ignorants, prisonniers d'un obscurantisme moyenâgeux - le mariage homosexuel mènerait à la polygamie et à l'inceste, selon l'archevêque de Lyon Philippe Barbarin -, la communauté chrétienne en prend pour son grade.

Pour #UnBonCatho le Soleil tourne autour de la Terre qui est plate et les enfants doivent avoir #UnPapaUneMaman

— le prof de ta vie (@alyv54) Octobre 23, 2012

C'est évidemment parce qu'il n'avait pas #UnPapaUneMaman que Caïn a mal tourné et tué son petit frère. Euh.. attendez...

— Nain Portekoi (@Nain_Portekoi) Octobre 23, 2012

D'autres s'inquiètent, plus ou moins sérieusement, de l'après "#unpapaunemaman".

“@vinceakadiego: Ça commence par #unpapaunemaman, ça finit par #unserretêtedesmocassins. Je vous aurais prévenus.”

— L'Humour de Droite (@humourdedroite) Octobre 23, 2012

Après #UnPapaUneMaman, j'ai vraiment hâte de la suite, la manifestation anti-contraception et anti-IVG : #UnCoupUnBébé.

— Nicolasbdf (@Nicolasbdf) Octobre 23, 2012

Pour l'heure, l'association Alliance Vita n'a pas réagi sur son compte Twitter. Et les tweets en faveur de "#unpapaunemaman" se comptent sur les doigts d'une main. Le combat est inégal. Seul un blogueur est venu à la rescousse des militants anti-mariage gay qu'il estime victimes de ce déchaînement de "trolls" (internautes polluant les fils de discussions sur Twitter).

@alexansomething #unboncatho n'a aucune association pour venir le defendre quand les abrutis l'insultent!

— Nouvel Arbitre (@NouvelArbitre) Octobre 24, 2012

Reste que les invectives et les provocations ne sont pas le seul moyen de communication des utilisateurs de Twitter. Une poignée d'internautes essaie de faire passer son message sans insultes. C'est le cas de @BorelOlivier, qui, sans se départir de son ironie, tente d'apporter une légère touche poétique - si ce n'est philosophique - à un débat qui, parfois, a manqué de hauteur...

Combien faut-il #unpapaunemaman pour changer une ampoule? Aucun, ils ont peur du changement même si cela peut rendre le monde plus brillant.

— Borel Olivier (@BorelOlivier) Octobre 24, 2012

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine