Dans la presse

"Obamaself"

Presse internationale, Jeudi 8 novembre. Au menu de la presse internationale ce matin, la désignation du nouveau numéro un chinois Xi Jinping, et les états d’âme des républicains américains, après la réélection de Barack Obama.

Publicité

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
On commence cette revue de presse internationale avec l’ouverture aujourd’hui du 18ème congrès du Parti communiste chinois, qui doit désigner officiellement le successeur de Hu Jintao, Xi Jinping.
 
Le congrèss'est ouvert ce matin devant plus de 2.000 délégués venus écouter les quelque 90 minutes de discours du président sortant, qui a prévenu que la corruption en Chine pourrait s'avérer «fatale» au régime. Un cri d’alarme à la Une ce matin du China Daily, et une allusion évidemment aux scandales politico-financiers impliquant les familles des plus hauts dirigeants, dont un membre du Bureau politique, Bo Xilai. Et c’est sans parler des révélations de la presse, qui ont mis au jour les fortunes colossales des familles de certains dirigeants, dont celles du Premier ministre Wen Jiabao et du futur numéro un Xi Jinping.
 
Du côté du Taipei Times, de Taïwan, on s’intéresse peu à ces déclarations et davantage à ce qui se joue en coulisses. D’après le journal, le vrai pouvoir, «le pouvoir derrière le trône», serait toujours détenu par l’Armée populaire de libération, qui aurait décidé du choix de Xi Jinping. Le nouveau numéro un ont The Taipei Times se demande s’il continuera, en retour, à suivre la ligne dure de l’APL en matière de politique étrangère et de sécurité intérieure, ou s’il parviendra à s’en affranchir.
Ce 18ème Congrès se tient sous très haute surveillance. Une paranoïa sécuritaire qui suscite les persiflages de la blogosphère chinoise. Pour déjouer la censure, les internautes chinois ont trouvé une nouvelle façon de désigner le congrès: Sparte. Parce qu’en chinois, le 18e congrès, qui se dit shibada, diffère peu de la prononciation chinoise de la cité antique grecque, Sibada. Le mot a été utilisé plus de trois millions de fois sur Weibo au début de la semaine, selon The China Digital Times. Un  moyen détourné de dénoncer les mesures de sécurité parfois ubuesques. A Sparte donc, rapportent les internautes, les connexions Internet fonctionnent à la vitesse de l'escargot, et l'envoi de fichier ou d'image est un casse-tête. Un écrivain de contes pour enfants raconte par exemple comment l'agence officielle Xinhuaa publiéun article expliquant que «Pékin fait tous les efforts possibles pour 'réchauffer' le Shibada», et que le chauffage fonctionnera«deux semaines plus tôt que d'habitude afin que les citoyens se sentent chaud au cœur juste avant le Congrès».
 
Et tandis que les dirigeants chinois réfléchissent à l’opportunité de réformer le pays, les républicains américains commencent à méditer les raisons de leur défaite. La concomitance de l’élection américaine et de la désignation chinoise inspire pas mal les dessinateurs, comme ici dans The Independent, où l’on voit le panda chinois boire un coup avec l’éléphant républicain, et lui dire qu’au fond, c’est peut-être lui qui a besoin d’une réforme politique.
 
Mais celui qui inspire le plus les humoristes ce matin, c’est le président réélu lui-même. Barack Obama qu’on retrouve dans cette affiche revisitée du Huffington Post: «Obamoi tout seul», qui affirme qu’il va diriger le pays « obamaself».
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine