Accéder au contenu principal

Florange : la presse française dénonce l"'échec" de Hollande sur Ulcos

AFP

La presse française consacre l'essentiel de ses unes au retrait du projet Ulcos, à Florange, par le groupe sidérurgique ArcelorMittal. Pour les journaux, cette annonce sonne comme un échec pour le gouvernement et le président de la République.

Publicité

Au lendemain de l’annonce par ArcelorMittal du retrait de la candidature du site de Florange pour le projet européen Ulcos, la presse française critique unanimement la gestion de ce dossier par le gouvernement et le président de la République.

En une, le quotidien national de gauche Libération vise directement le Premier ministre en titrant "Ayrault l’enfumeur". Pour le journal, "l’accord conclu avec Mittal se réduit comme peau de chagrin après l’abandon par le groupe indien du projet européen Ulcos".

Dans son édito, le journaliste Eric Decouty parle même de "colère" et explique que, "après avoir balayé la proposition de Montebourg, son ministre du Redressement productif, de nationaliser le site, après avoir affirmé que Mittal s’était plié aux volontés du gouvernement et après avoir fait la sourde oreille aux critiques syndicales justifiées, le Premier ministre a essuyé hier un revers cinglant".

Le Figaro pointe aussi du doigt l’exécutif en inscrivant en une : "La colère des ouvriers de Florange sanctionne l’échec de la méthode Ayrault". Le quotidien national note que le Premier ministre "poursuit son chemin de croix dans le dossier Mittal, qui le déstabilise chaque jour un peu plus".

Dans son édition du jour, le journal de droite souligne également que cette déroute a toutefois renforcé un membre du gouvernement. "Et si Arnaud Montebourg sortait finalement gagnant de l’affaire ArcelorMittal ?", s’interroge ainsi Le Figaro qui ajoute que "moins d’une semaine après s’être fait recadrer par le Premier ministre, Arnaud Montebourg se voit massivement soutenu par les sympathisants de gauche".

"Un cinglant camouflet"

La presse quotidienne régionale est aussi très critique envers les décisions prises par le Premier ministre. Pour Bruno Dive de Sud-Ouest, Jean-Marc Ayrault sort "laminé" de cet exercice. "On a connu des Premiers ministres conspués par la rue, d’autres secoués par une canicule, d’autres encore - et tout récemment - piétinés par un hyperprésident", souligne-t-il. "Mais jamais encore on n’avait vu de Premier ministre humilié à ce point par un grand patron, qui plus est étranger".

Jacques Camus, de la République du Centre, parle même d'un "cinglant camouflet pour l'exécutif". "Florange est en train de devenir le Gandrange de François Hollande", ajoute-t-il, et il est "grand temps" que le président "se mette vraiment aux fourneaux".

Dans l’est de la France, la région concernée par ce projet, le Républicain Lorrain se veut plus optimiste en titrant en une : "Florange : Hollande promet Ulcos". Le journal met en avant que le président "a fait la promesse dans la soirée que ce qui a été engagé pour faire que le projet Ulcos voie le jour auprès de l’Europe soit mené à bien".

FRANCE 24 avec dépêches

 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.