Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls traverse la frontière pour devenir maire

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Ugo bernalicis : "La France de Macron rejoint Salvini"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Amélie de Montchalin : "Ce budget affirme que le travail paie"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La France de l'Occupation racontée par Pierre Assouline

En savoir plus

FOCUS

Une présence jihadiste, mais pas d'attentat : le cas singulier de l'Italie

En savoir plus

L’invité du jour

Reza : "Je ne suis pas photographe de guerre, je suis correspondant de paix "

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Vers un baril de pétrole à 100 dollars d'ici fin 2018 ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"ONU : multilatéralisme vs. souveraineté"

En savoir plus

LE DÉBAT

Quelle réponse de l'Iran après l'attentat d'Ahvaz ?

En savoir plus

FRANCE

Chronique de fin du monde : ambiance X-Files à Bugarach

© Mehdi Chebil

Texte par Charlotte BOITIAUX , , envoyée spéciale à Bugarach

Dernière modification : 21/12/2012

N’écoutez plus les sceptiques qui vous répéteront que Bugarach n’est qu’une vaste fumisterie. La ville de l’Aude sera bien sauvée de l’apocalypse, le 21 décembre 2012. Rencontre exclusive avec un ambassadeur de l’autre monde.

Il était un peu plus de 18h et la nuit commençait à tomber sur le village de l’apocalypse, 200 âmes (en période de non fin du monde), quand est apparu sous les yeux ébahis de la petite dizaine de journalistes errant dans les rues à l'affût du "buzzgarach" un certain Abdel-Jésus. Malgré notre scepticisme certain quant à la dénomination quelque peu rock’n’roll de cet ambassadeur de l’au-delà, Abdel-Jesus est venu spontanément nous prévenir que nos proches vivaient probablement leurs dernières heures. 

Affirmant venir des "quartiers nord de Bugarach" et soucieux de ne pas nous effrayer en nous dévoilant sa vraie physionomie - "Il est sûrement arabe" m’a d'ailleurs lancé au même moment ma collègue algérienne -, l’alien new age en basket adidas avait pris soin de recouvrir entièrement son corps d’un habit vert "pour se présenter à nous dans un costume fidèle à notre fantasme collectif". Il a simplement déclaré qu’il fallait nous préparer pour le 21 à 6h du matin précise, "de préférence alcoolisés". Les esprits cartésiens rétorqueront que nous sommes restés et que nous l'avons écouté "parce qu'il fallait bien nous mettre quelque chose sous la dent". Disons simplement qu'ils sont jaloux d'avoir loupé la rencontre du siècle.

Et aux pro-vie qui s’arracheront les cheveux à la lecture de ces lignes, nous tenons à signaler que loin des âneries déblatérées ça et là par les différents oiseaux de malheur, Abdel-Jésus n’a jamais mentionné l’existence d’une base secrète sous le pic de Bugarach. Il a démenti la présence d’un trésor cathare, du tombeau de Jésus ou encore de sépultures de rois wisigoths sous le fameux Pech - se retenant même de rire à de telles évocations qui décrédibilisent sûrement le scénario chaotique élaboré depuis plusieurs millénaires par ses pairs. Alors, allo la Terre ? D’ici, on se demande vraiment quelles preuves supplémentaires seront encore nécessaires pour fissurer votre optimisme inquiétant quant à des lendemains qui chantent.

Première publication : 19/12/2012

COMMENTAIRE(S)