Accéder au contenu principal
ALGÉRIE

Des étrangers pris en otage lors de l'attaque d'un site pétrolier de BP

France24
Texte par : Dépêche
|
Vidéo par : Kamel ZAIT
2 min

Des islamistes ont attaqué, mercredi, un site du groupe pétrolier britannique British Petroleum vers In Amenas, dans le sud de l'Algérie, et pris en otage plusieurs de ses employés. BP parle d'un "incident dans le domaine de la sécurité".

Publicité

Des islamistes ont attaqué mercredi un site de British Petroleum dans le sud de l'Algérie et pris en otage plusieurs de ses employés, notamment de nationalités britannique, norvégienne et japonaise, selon des sources diplomatiques, l'agence algérienne faisant état d'un mort.

Une personne a été tuée et sept autres blessées, dont deux étrangers, lors de l'attaque mercredi matin dans la région d'In Aménas, dans le sud-est de l'Algérie, non loin de la frontière libyenne, a annoncé l'agence nationale APS.

Un Français et quatre Japonais ont été pris en otage, a indiqué à l'AFP un député algérien, Mahmoud Guemama.

L'attaque et la prise d'otage ont été menées par des combattants d'al-Qaïda venus du nord du Mali, a affirmé l'un des combattants à l'AFP.

"Une opération de l'armée algérienne est en cours contre les assaillants, ont indiqué des sources diplomatiques.

"La prise d'otage implique des Britanniques, des Norvégiens et des Japonais", a précisé l'une des sources diplomatiques.

"Un incident terroriste est en cours dans la ville d'In Amenas sur le site d'une installation pétrolière près de la frontière de l'Algérie avec la Libye. L'ambassade britannique est informé de cet incident et est en contact avec les autorités locales", a indiqué une porte-parole du ministère britannique des Affaires étrangères.

Le groupe pétrolier britannique BP a également confirmé qu'un "incident dans le domaine de la sécurité" avait eu lieu mercredi matin sur le site.

"Nous pouvons confirmer qu'il y a eu un incident lié à la sécurité ce matin sur le gisement gazier d'In Amenas dans le centre-est de l'Algérie" près de la frontière avec la Libye, à environ 1.300 kilomètres d'Alger, a indiqué le groupe dans un communiqué ajoutant "ne pas avoir d'autres informations confirmées à ce stade" et "fera un nouveau point sur la situation".

AFP

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.