Accéder au contenu principal

Les shebab annoncent leur intention d'exécuter l'otage français Denis Allex

Les islamistes somaliens affirment toujours détenir Denis Allex et annoncent, dans un communiqué, leur intention de l'exécuter. L'otage français est donné pour mort par Paris depuis l’échec, le 12 janvier, du raid français pour le libérer.

Publicité

"Vu la persécution croissante par la France des musulmans à travers le monde, sa politique d'oppression de l'islam sur son sol (et) les opérations militaires françaises dans la guerre contre la charia en Afghanistan et plus récemment au Mali (...) les shebab ont décidé à l'unanimité d'exécuter l'agent français de renseignement Denis Allex", indique un communiqué des insurgés islamiques somaliens publié sur internet.

L’otage français retenu en Somalie depuis 2009 est considéré comme mort par Paris depuis le 12 janvier, date à laquelle une opération commando pour sa libération a échouée.

"Il a été condamné et ce verdict ne sera pas modifié, pour les shebab cet homme doit mourir", a déclaré sans autre détail de son côté un responsable shebab interrogé par l'AFP au téléphone depuis Nairobi.

"Avec sa tentative de sauvetage, la France a volontairement signé l'arrêt de mort d'Allex", poursuivent-ils, assurant que celui-ci était "encore en vie et à l'abri", samedi à l'issue de l'opération manquée. Ils n'ont fourni, toutefois, aucune preuve de vie.

Accusations de manipulation médiatique

Pour le chef d'état-major des armées, l'amiral Edouard Guillaud, cette sortie des shebab n’est que "manipulation médiatique".

Selon le haut gradé interrogé sur Europe 1, condamner un homme déjà mort "est une technique qu'ils ont déjà utilisée dans d'autres affaires qui ne nous concernaient pas."
Sur RTL, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a réaffirmé également ce mercredi que "tout nous laisse à penser qu'il (Denis Allex) a été assassiné."

FRANCE 24 avec dépêches

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.