Accéder au contenu principal
FOOTBALL - CAN-2013

Les Bafana Bafana doivent se ressaisir

AFP
2 min

L'Afrique du Sud joue une partie de son avenir dans sa CAN, mercredi face à l’Angola (15h T.U). La nation arc-en-ciel ne pourra se permettre de rééditer une prestation telle que celle produite lors du match d’ouverture face au Cap-Vert (0-0).

Publicité

De notre envoyé spécial à Durban,

Après avoir totalement manqué ses débuts dans le tournoi contre les Requins bleus du Cap-Vert (0-0), l’Afrique du Sud se retrouve quasiment dans l’obligation de l’emporter mercredi à Durban face aux Palancas Negras. L’entraîneur des Bafana Bafana, Gordon Igesund attend pour cela que ses joueurs "oublient" le Cap Vert.

"Il faut oublier ce match, nous avons notre destin entre nos mains. Le plus important, c'était de faire comprendre aux joueurs qu'il n'y avait aucune raison d'avoir peur, de paniquer", a souligné le technicien sud-africain, natif de Durban.

"Mes joueurs n'ont rien à prouver"

La pression sera toutefois très forte sur les épaules des joueurs, qui ne veulent surtout pas revivre le camouflet de la Coupe du Monde 2010 et l'élimination au premier tour sur leur sol. Un tel fiasco ne s'est plus produit pour un pays organisateur en Coupe d'Afrique depuis 1994 et la sortie de route de la Tunisie.

"J'attends de mon équipe qu'elle puisse conserver la balle et qu'elle soit plus patiente, a déclaré Gordon Igesund en conférence de presse. Mes joueurs n'ont rien à prouver mais ils doivent réaliser qu'ils sont des joueurs professionnels et qu'ils jouent pour l'équipe nationale. Mes joueurs ont l'habitude de jouer dans de grands stades mais ils se sont mis trop de pression avant le match d'ouverture et ce n'était pas nécessaire. Il y avait beaucoup d'attente autour du premier match mais celui de demain (ce mercredi ndlr.) sera différent."

L'Afrique du Sud n'aura en tout cas pas intérêt à sous-estimer l’Angola. Les Palancas Negras qui ont malmené le Maroc lors de leur 1er match (0-0), ont des arguments à faire valoir avec notamment en pointe, Manucho.

L’attaquant du Real Valladolid (Liga) reste justement sur un but marqué face au Bafana Bafana lors de la CAN 2008 au Ghana. Les deux équipes s’étaient alors séparées sur un score nul 1 but partout.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.