MALI

François Hollande attendu samedi au Mali

AFP

Le président François Hollande se rend ce samedi au Mali pour soutenir les troupes françaises. Sur le terrain, les militaires maliens sont présents depuis jeudi dans la ville de Kidal, au Nord-Mali.

Publicité

Le président François Hollande se rend au Mali ce samedi, accompagné des ministres de la Défense Jean-Yves Le Drian, des Affaires étrangères Laurent Fabius, ainsi que du ministre chargé du Développement Pascal Canfin, a fait savoir l'Élysée vendredi.

Cette visite intervient près de trois semaines après le déclenchement de l'offensive militaire française, appuyant les forces maliennes, contre les combattants islamistes du nord du pays.

Kidal au centre de l'attention

Sur le terrain, des militaires maliens sont arrivés jeudi dans la ville de Kidal, dans l’extrême nord-est du Mali, a affirmé à Bamako le porte-parole de l'armée malienne, le colonel Souleymane Maïga.

Cliquez pour agrandir la carte

"Des militaires maliens sont bien arrivés à Kidal aujourd'hui (jeudi). Il s'agit d'une petite unité de reconnaissance qui est partie préparer le terrain au reste de la troupe", a-t-il déclaré à la presse.

Le massif des Ifoghas, au nord de Kidal, est le dernier refuge des combattants islamistes chassés des villes du nord. L'entrée de l'armée malienne dans la ville intervient au lendemain d'une demande formulée par les dissidents islamistes du MIA   et les rebelles touaregs du MNLA, qui contrôlent en partie la ville, et qui ont réclamé que les soldats maliens et ouest-africains ne pénètrent pas dans Kidal et sa région, avant qu'une "solution politique" ne soit trouvée avec Bamako.

Pas de dialogue avec le MNLA

"Le MNLA ne veut dialoguer ni avec l’armée malienne, ni avec les soldats africains," a déclaré vendredi sur l’antenne de FRANCE 24, Aïchata Haidara, députée de Bourem au Nord-Mali. "Pour l’instant je ne pense pas que l’on puisse négocier avec un groupe que nous considérons comme un groupe terroriste," a-t-elle ajouté, en référence au MNLA.

it

Par ailleurs, la région de Kidal est également un lieu de détention "probable" pour les sept otages français au Sahel, selon Paris.

Présence "probable" des otages français

it

"Il est probable" que les otages "soient dans la région" du massif des Ifoghas, a déclaré jeudi sur France Inter, Jean-Yves Le Drian, ministre français de la Défense, ajoutant : "Nous ne perdons jamais de vue, ni d'esprit, ni de sensibilité, le fait qu'il y a des otages français dans ce territoire".

Sept Français ont été enlevés par des islamistes au Niger et au Mali en 2011 et 2012. Leurs ravisseurs ont menacé de les tuer en cas d'intervention militaire française.

Les forces armées françaises contrôlent l’aéroport de la ville, depuis la nuit de mardi à mercredi.
 

FRANCE 24 avec dépêches

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine