Accéder au contenu principal
FRANCE

Des dizaines d'imams au Mémorial de la Shoah à Drancy pour "dénoncer la violence"

AFP
3 mn

Après une visite en Israël en novembre, une délégation d'imams a rendu hommage lundi aux déportés juifs de France au Mémorial de la Shoah pour "montrer que l’islam n’a rien à voir avec la haine", selon l'imam de Drancy.

Publicité

C’est un "symbole fort". Près de 140 imams se sont retrouvés, lundi 4 février en fin d’après midi, au Mémorial de la Shoah à Drancy, en Seine-Saint-Denis. Dans ce lieu "d’éducation", construit en face du camp d’internement du même nom, la délégation a rendu hommage aux 70 000 juifs déportés en Allemagne entre 1941 et 1944. "On veut montrer que l’islam n’a rien à voir avec la haine. Il faut dénoncer la violence, celle des nazis hier, celle des terroristes aujourd’hui", a affirmé au journal "Le Parisien" Hassen Chalghoumi, imam de Drancy , à l’origine de cette visite avec l’écrivain Marek Alter.

Surnommé "l’imam juif" par ses détracteurs, Hassen Chalghoumi, également président de la Conférence des imams de France, n’a cessé de multiplier les initiatives en faveur du rapprochement entre les communautés musulmane et juive ces derniers mois.

Le 11 novembre 2012, une délégation de 17 imams avait effectué une visite officielle en Israël et dans les Territoires palestiniens toujours pour délivrer un message de paix. “Notre but est de dire que le conflit israélo-palestinien est politique et non religieux. Avec cette action, nous voulons couper court aux tensions qui fragilisent le 'vivre ensemble' ici en France, en refusant toute forme de transposition du conflit dans notre pays,” avait alors expliqué l’imam de la mosquée de Drancy.

 

Se démarquer de "l’acte isolé" de Mohamed Merah

Au cours de cette visite, la délégation s’était également recueillie sur les tombes des victimes de Mohamed Merah, assassinées le 19 mars à l’école juive d’Ozar Hatorah à Toulouse et enterrées en Israël. "Malheureusement, côté israélien, beaucoup pensent que les musulmans de France détestent les juifs, qu'il y a de l'antisémitisme. Notre voyage prouve que ça n'a rien à voir avec l'islam" et qu'il s'agit "d'actes isolés", avait alors martelé l'imam de Drancy.

En juin 2012, l’imam Chalghoumi s’était déjà rendu au mémorial Yad Vashem à Jérusalem. "Ce n’est pas [seulement] l’histoire du peuple juif, c’est notre histoire à tous, avait alors déclaré le président de la conférence des imams de France. En protégeant cette histoire, nous protégeons l’histoire des minorités".

Des responsables de tous les grands cultes religieux - coptes, juifs, protestants, catholiques – ont été conviés à cette visite à Drancy, suivie d'un dîner au Centre culturel de Drancy, en présence du ministre de l'Intérieur en charge des Cultes, Manuel Valls.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.