ÉTATS-UNIS

Les républicains s'opposent à la nomination de Chuck Hagel au Pentagone

Chuck Hagel
Chuck Hagel AFP

Les républicains du Sénat ont, lors d'un vote de défiance jeudi, retardé temporairement la nomination de l'ex-sénateur républicain du Nebraska au poste de secrétaire à la Défense. Une mesure peu utilisée contre un candidat à un poste ministériel.

Publicité

Les républicains du Sénat américain ont réussi jeudi à bloquer temporairement la nomination à la tête du Pentagone de Chuck Hagel, dont l'éventuelle entrée en fonction est repoussée d'une dizaine de jours, un camouflet pour le président Barack Obama.

Lors d'un vote tendu le 14 février, il aura manqué une seule voix aux démocrates - sur les 60 nécessaires - pour surmonter cette obstruction républicaine. "Il est assez déplorable que ce genre de manœuvre ait été employé à un moment où je suis le président d'un pays en guerre en Afghanistan, et où j'ai besoin d'un secrétaire à la Défense qui se coordonne avec nos alliés pour s'assurer que nos soldats disposent du type de stratégie et de mission qu'ils méritent", a réagi Barack Obama peu après le vote, lors d'un "chat" Google Hangout diffusé sur Internet.

Hagel à l'épreuve des sénateurs républicains

Ce vote de défiance est à la mesure de l'animosité suscitée par Chuck Hagel parmi les républicains. Ils lui reprochent ses déclarations passées sur Israël, l'Iran et la guerre en Irak : à l'époque sénateur, Hagel avait rapidement pris position contre la stratégie de George W. Bush et s'était fâché avec son parti, notamment avec l'influent John McCain. Sénateur républicain de 1997 à 2009, Chuck Hagel a gagné une réputation de franc-tireur aux prises de position iconoclastes au sein de son parti.

Les excuses prononcées par le candidat lors d'une audition éprouvante le 31 janvier n'ont pas suffi à apaiser les républicains, sa prestation désastreuse, parsemée de bredouillements et de réponses incomplètes, semble même avoir jeté de l'huile sur le feu et consolidé l'opposition contre lui. John McCain a même assuré que son ex-ami n'était pas compétent pour le poste.

Mais le vote de jeudi ne fait qu'ajourner la confirmation de Hagel. Un nouveau vote aura lieu le 26 février, lors duquel les républicains ont annoncé qu'ils lèveraient leurs objections.

"Il faut que tout le monde respire un grand coup. M. Hagel sera confirmé, si ce n'est pas aujourd'hui, il le sera après l'ajournement du Sénat", assurait une responsable de la Maison Blanche peu avant le vote. Reste, qu'entretemps, Hagel manquera une importante réunion de l'Otan à Bruxelles la semaine prochaine consacrée au retrait d'Afghanistan. L'actuel secrétaire à la Défense, Leon Panetta, en revanche, s'y rendra.

Les démocrates furieux

Les démocrates sont furieux et estiment qu'en temps de guerre tout retard dans la confirmation du patron de la défense est préjudiciable à la sécurité du pays. "Nous avons 66 000 soldats en Afghanistan, nous commençons un processus crucial de transition en rapatriant 34.000 d'entre eux d'ici février. Ils ont besoin de leur secrétaire à la Défense maintenant", a poursuivi la responsable de la Maison Blanche.

La Maison Blanche a qualifié d'"impensable" l'obstruction républicaine jeudi, et dans un geste d'apaisement avait envoyé une lettre donnant des détails sur la façon dont l'exécutif américain avait géré les secours la nuit de l'attentat contre le consulat américain de Benghazi, en Libye, le 11 septembre, qui avait coûté la vie à 4 Américains, dont l'ambassadeur en Libye.

Les républicains avaient tenté d'exploiter cet autre dossier brûlant, sans aucun rapport avec Chuck Hagel, pour faire plier la Maison Blanche.

Avec dépêches

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine