Accéder au contenu principal

Le pape émet un décret qui permettrait d’avancer le Conclave

AFP

Benoît XVI qui doit démissionner le 28 février a émis un décret permettant d'avancer le début du Conclave. D'autre part, le Vatican a annoncé que le rapport d’enquête sur l’affaire Vatileaks sera exclusivement transmis au nouveau pape.

Publicité

Le pape Benoît XVI, qui démissionnera jeudi soir, a émis un décret appelé "motu proprio" pour donner "la possibilité d'anticiper" le conclave des cardinaux qui élira son successeur, a annoncé le Vatican lundi 25 février.

"Je laisse au collège des cardinaux la possibilité d'anticiper le début du conclave une fois constatée la présence de tous les cardinaux ou de repousser, en cas de motifs graves, le début de l'élection de quelques jours", a indiqué le pape dans son "motu proprio".

Dans son décret il a cependant rappelé que, selon la tradition, un conclave commence dans un délai de 15 à 20 jours après le démarrage de la période de "siège vacant" [28 février].

Vatileaks : le rapport d'enquête sur les fuites restera confidentiel

D’autre part, dans l’affaire du Vatikeaks, le porte-parole du pape, Federico Lombardi, a également annoncé lundi que le rapport d’enquête sur l'affaire de fuites de documents confidentiels dans l'entourage de Benoît XVI sera transmis exclusivement au nouveau pape.

"Le Saint-Père a décidé que les actes, qui ne sont connus que de lui, seront à la disposition exclusive de son successeur", a déclaré lors d'un point de presse, Federico Lombardi.

Benoît XVI a reçu lundi la commission des trois cardinaux à la retraite, qui ont enquêté depuis avril dernier pour lui sur ce scandale qui a éclaboussé le Saint-Siège : le cardinal espagnol Julian Herranz, le Slovaque Jozef Tomko et l'Italien Salvatore De Giorgi. Ils étaient chargés d'interroger des dizaines de personnes travaillant au Vatican, laïcs comme religieux, y compris d'autres cardinaux, sur l'origine des fuites.

"Lobby gay"

Le rapport était resté secret mais selon 'La Repubblica', il ferait état de 'l'hypothèse d'un lobby gay' au sein du Vatican qui aurait exposé plusieurs prélats à des chantages externes en raison de leur supposé homosexualité.

"À la conclusion de leurs travaux, il a désiré les féliciter des résultats et leur exprimer sa satisfaction. À côté des défaillances humaines caractérisant toute institution, leur enquête montre la générosité, la rectitude et l'esprit de service de qui travaille au Saint-Siège, en soutien de la mission que le Christ a confié au successeur de Pierre", a indiqué le porte-parole.

Avec dépêches

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.