TOGO

Libération de l'ancien Premier ministre togolais Agbéyomé Kodjo

Interpellé à la suite de l'incendie de deux marchés togolais en janvier, l’ex-Premier ministre a été remis en liberté lundi, affirmant avoir subi des tortures. La gendarmerie n’a fourni aucune explication sur les raisons de sa libération.

Publicité

L'ancien Premier ministre togolais, actuel leader de l'opposition, Agbéyomé Kodjo, interpellé mi-janvier dans l'affaire des incendies de deux marchés du pays, a été remis en liberté.

"J'ai été libéré lundi soir à 23h45. Je suis très faible, car je suis malade. J'ai été physiquement, moralement et psychologiquement torturé", explique M. Kodjo avant de balayer les soupçons qui font de lui le commanditaire de la destruction des deux marchés. "Je ne suis mêlé ni de près, ni de loin à ces incendies", a-t-il déclaré.

En janvier, le principal marché de Lomé ainsi que celui de Kara, à 420 km au nord de la capitale togolaise, ont été ravagés par les flammes. Si les deux sinistres n'ont fait aucune victime, ils ont occasionné des pertes financières importantes : quelque 6 milliards de francs CFA (9 millions d'euros), selon les résultats d'une commission mise en place par le gouvernement.

Les autorités avaient alors dénoncé des "actes criminels" et ouvert une enquête qui avait débouché sur l'arrestation de 24 personnes, toutes placées sous mandat de dépôt. Parmi elles figuraient, notamment, plusieurs membres de l'opposition. Les raisons de la remise en liberté de M. Kodjo, le seul accusé à avoir bénéficié de ce traitement, n’ont pas été révélées par la gendarmerie.

Agbéyomé Kodjo a pris part au régime de Gnassingbé Eyadéma en tant que président de l'Assemblée nationale (1999-2000) puis fut Premier ministre (2000-2002), avant de passer dans l'opposition, à la tête de l'Organisation pour bâtir dans l'union un Togo solidaire (Obuts).

Avec dépêches

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine