MALI

Une cinquantaine d'islamistes arrêtés sur une île du fleuve Niger près de Gao

L'armée malienne a arrêté vendredi une cinquantaine de personnes soupçonnées d'appartenir au Mujao, sur une île à une dizaine de kilomètres de Gao (Nord-Est). Les soldats français sont restés en retrait de l'opération.

Publicité

L’armée malienne a arrêté, vendredi 1er mars, une cinquantaine de personnes sur l’île du village de Kadji, sur le fleuve Niger, à moins de dix kilomètres de Gao. Cette arrestation intervient alors qu’un officier malien avait annoncé, jeudi, une "opération d’envergure" sur cette île, repaire d’islamistes qui s’y étaient réfugiés lorsque les armées française et malienne sont arrivées dans la région.

Ramenés en pirogue, menottés, les prisonniers ont été escortés par l’armée malienne jusqu'à la terre ferme. Parmi eux, des Maliens mais aussi des Togolais et des Burkinabè. Sur l'île, des armes ont été retrouvées cachées dans l’herbe et dans les eaux du fleuve.

L’armée française est quant à elle restée stationnée sur une des rives du Niger qui fait face à l’île, avant de quitter Kadji tôt vendredi matin. Ce village est habité par environ 6 000 personnes, dont plusieurs centaines sont adeptes d’un mouvement islamiste, "Ansar Sunna" ("Les fidèles de la parole de Dieu"), et vivent sur l’île en contrebas du village.

Selon des témoins, des membres du Mujao y ont trouvé refuge après l’arrivée des armées française et malienne. Un élu a alors demandé une intervention armée pour détruire cette "nouvelle base" des djihadistes, à partir de laquelle des actions sur Gao ou d’autres villes de la région pouvaient être menées.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine