VENEZUELA

Le décès d'Hugo Chavez suscite des réactions contrastées

AFP

Le président vénézuélien Hugo Chavez est décédé mardi à l'âge de 58 ans des suites d'un cancer. Hommages, réactions, condoléances... Revivez heure par heure les événements de la matinée du mercredi 6 mars grâce à notre liveblogging.

Publicité

Ce qu'il faut retenir des événements de la matinée du mercredi 6 mars :

  • Le président Hugo Chavez est mort dans un hôpital militaire de Caracas, mardi. Le chef de l'État souffrait d'un cancer depuis juin 2011.
     
  • Les autorités vénézuéliennes ont décrété un deuil national de sept jours. Ses funérailles seront organisées vendredi 8 mars.
     
  • La dépouille du président vénézuélien devait être transférée, mercredi soir, dans une académie militaire où elle sera exposée jusqu’aux obsèques.
     
  • Le vice-président, Nicolas Maduro, assure l’intérim du pouvoir jusqu'à la prochaine élection présidentielle qui sera organisée dans les 30 jours, conformément à la Constitution.

Les Vénézuéliens divisés

  • Les partisans du charismatique leader vénézuélien se sont réunis spontanément dans la nuit de mardi à mercredi dans les rues de Caracas pour rendre un dernier hommage au "Commandante".
     
  • Le calme est ensuite revenu dans la nuit. L’armée et la police nationale ont été déployées dans la ville.
     
  • La diaspora vénézuélienne est, elle, plus mitigée. Les Vénézuéliens en exil aux États-Unis - en Floride notamment - ne cachent pas leur joie, espérant que le décès de Chavez, qui dirigeait le pays depuis 14 ans, annonce un changement d'ère.
     
  • Sur son compte Twitter, le chef de file de l'opposition vénézuélienne, Henrique Capriles Radonski, a appelé les Vénézuéliens à "l'unité" et transmis sa "solidarité" à la famille du président.

Des réactions contrastées sur la scène internationale

  • La nouvelle de la mort d'Hugo Chavez a été rapidement commentée à l'étranger. Parmi les chefs d’État d’Amérique latine, la tristesse domine. La première réaction est venue de la présidente du Brésil, Dilma Rousseff, qui a évoqué mardi une "perte irréparable".
     
  • Les trois principaux alliés latino-américains du Venezuela - l'Equateur, la Bolivie et le Nicaragua - ont, eux, salué la mémoire du président Hugo Chavez, le qualifiant d'"homme exceptionnel" dont "la perte est irréparable" pour l'Amérique latine.
     
  • Cuba, pays qui vit sous la perfusion des pétrodollars vénézuéliens, a décrété trois jours de deuil national et rappelé les liens très étroits qui unissaient Fidel Castro à son héritier politique.
     
  • Les États-Unis, qui entretiennent une relation compliquée avec le Venezuela de Chavez, ont pesé leurs mots. Le président Barack Obama a affirmé que les États-Unis soutenaient les Vénézuéliens et qu'ils espéraient des "relations constructives" avec le futur gouvernement, dans un "nouveau chapitre" de l'histoire du pays.
     
  • En France, François Hollande a souligné, dans un communiqué, la volonté de l'ex-leader bolivarien de lutter pour la justice et le développement, tout en appelant à la "démocratie et à l’apaisement".
     
  • Les associations de défense des droit de l’Homme comme Human Rights Watch (HRW) ne manquent pas de rappeler la dérive autoritaire de l’ancien président, appelant à une transition démocratique.

 

Pour revivre ce liveblogging sur votre smartphone ou tablette, cliquez ici
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine