CHINE

La télévision chinoise accusée de tenter de déstabiliser Apple

AFP

Après avoir diffusé un reportage critiquant Apple, la télévision publique chinoise est soupçonnée d’avoir demandé à des personnalités d’attaquer publiquement à Apple. Un message maladroit publié par un acteur sur le Web a mis le feu aux poudres.

Publicité

Prise la main dans le sac. La CCTV, le réseau de chaînes de télévision publiques chinoises, subit depuis quelques jours une volée de bois vert sur le Net. Le groupe est accusé d’avoir encouragé, voire même payé, des célébrités pour critiquer violement Apple sur Weibo, la populaire alternative chinoise à Twitter.

Tout commence par une très populaire émission annuelle consacrée à la protection des consommateurs en Chine, diffusée vendredi 15 mars. Plusieurs centaines de millions de téléspectateurs ont pu alors suivre un reportage qui dénonçait les pratiques commerciales d’Apple en Chine. La chaîne publique y affirmait que la marque à la pomme ne fait pas bénéficier à ses clients chinois des mêmes avantages que ceux accordés aux consommateurs occidentaux.

Le tollé est quasi immédiat sur Internet. Plusieurs personnalités chinoises tapotent depuis leur page Weibo des messages reprenant les arguments de la CCTV en déchaînant la foudre 2.0 sur le géant américain. “Je suis choqué d’apprendre qu’il y a deux poids deux mesures pour Apple selon qu’on soit Chinois ou d’ailleurs”, écrit ainsi Zheng Yuanjie, un auteur de livres pour enfants à succès qui est suivi par cinq millions de personnes sur Weibo.

#topostaround820

Les internautes chinois semblaient tout d'abord suivre le mouvement anti-Apple qui a cours sur le Web. Mais c’est compter sans la maladresse de Peter Ho, une star taïwanaise du cinéma. Son message posté à 20h26 sur Weibo contre le créateur des iPhone et iPad se terminait par un très étrange “To post around 8.20” ("À poster à environ 20h20"). L’acteur semble avoir recopié sans vraiment y faire attention un texte qui lui aurait été communiqué.

La bourde de Peter Ho : "En tant que fan d'Apple, je suis choqué. Est-ce que Steve Jobs aurait accepté ça ? N'est-ce pas injurieux pour ceux qui vendent leur rein [pour acheter des iPad, NDLR] ? Les grands groupes traitent mal leurs clients. A poster à environ 20h30"
La bourde de Peter Ho : "En tant que fan d'Apple, je suis choqué. Est-ce que Steve Jobs aurait accepté ça ? N'est-ce pas injurieux pour ceux qui vendent leur rein [pour acheter des iPad, NDLR] ? Les grands groupes traitent mal leurs clients. A poster à environ 20h30"

Une bourde qui n’a pas échappé à la vigilance des internautes chinois. Le hashtag (mot-clef) #postaround820 est rapidement devenu à la mode sur Weibo et le message de l’acteur a été reposté une centaine de fois accompagné de commentaires sarcastiques pour les uns, énervés pour les autres. Peter Ho à beau avoir tenté de rattraper le coup deux heures plus tard en affirmant que son compte avait été piraté, peu de gens ont cru à son excuse.

Certains ont vu derrière cette campagne anti-Apple la main de Samsung. Peter Ho est, en effet, l’ambassadeur en Asie des smartphones Galaxy du constructeur sud-coréen. Mais de nombreux internautes chinois ont accusé l’acteur et les autres personnalités qui avaient posté des attaques contre la marque américaine d’avoir été les petites cyber-mains de la CCTV.

La plupart ont nié avoir agi sur commande. Seul Kai-fu Lee, l’ancien président de Google Chine, a reconnu avoir été contacté par les organisateurs de l’émission critiquant Apple. “J’aurais accepté de commenter le contenu de l’émission s’il s’était agi de questions autrement plus importantes sur la qualité de l’air, de l’eau ou encore sur la sécurité alimentaire”, a-t-il expliqué le 17 mars.

CCTV dans la ligne de mire

Cette prétendue campagne anti-Apple a relancé le débat en Chine sur l’intégrité de l’émission de la CCTV. “Une partie des Net-citoyens chinois pensent qu’il suffit d’acheter des publicités à la chaîne pour éviter d’être critiqué dans cette émission”, explique à FRANCE 24 Chen, un internaute chinois.

Mais le débat s’est, en fait, élargi à la pertinence même de cette très influente émission annuelle. “Elle présente des sujets qui n’ont en fait que peu de rapports avec le quotidien de la grande partie des Chinois, souligne Chen. Cette année, il a été question d’Apple ou de Volkswagen, des marques qui vendent des produits que peu de gens, au final, peuvent s’acheter ici.”

Même si l’implication de la CCTV n’a pas été formellement établie, ce nouvel épisode a permis aux internautes chinois de pratiquer l’un de leurs cyber-sports favoris : critiquer le tout puissant groupe média public. “La crédibilité de la CCTV est souvent remise en cause sur l’Internet”, confirme Chen. Une manière détournée de s’en prendre directement au régime qui contrôle étroitement ce que la télévision diffuse.

Cette fois-ci, l’une des charges les plus véhémentes est venue de Li Chengpen, un très influent auteur et journaliste sportif qui s’en prend souvent aux dérives du régime. Sur sa page Weibo, suivi par près de 6 millions de Chinois, il affirme qu'après cette affaire “la CCTV a perdu toute légitimité morale à ses yeux”. “Vous [responsables de la CCTV] ne critiquez jamais les élections truquées chez nous, mais ne manquez pas une occasion pour dénoncer les problèmes à l’étranger et vous n’avez pas le droit d’utiliser votre influence auprès du grand public pour descendre une entreprise qui n’achète pas de publicité sur vos chaîne”, s’emporte-t-il.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine