REPORTAGE

Pour les Palestiniens de Cisjordanie, "la venue d'Obama ne changera rien"

France 24

La visite du président américain Barack Obama en Israël et dans les Territoires occupés est l’occasion pour les Palestiniens d’exprimer leur amertume face à l’impuissance de Washington à ralentir la colonisation juive en Cisjordanie. Reportage.

Publicité

Déception et désillusion. Ce sont les sentiments qui prédominent au sein de la population palestinienne au moment où le président américain Barack Obama se rend à Ramallah pour rencontrer le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas. Les envolées lyriques du discours du Caire de 2009 appelant à un "État palestinien" sont bien loin du quotidien des jeunes de Cisjordanie rencontrés par FRANCE 24.

"Beaucoup d'autres présidents sont passés ici avant Obama... Alors qu’il vienne ou non cela ne changera rien. Des jeunes et des enfants se feront toujours tuer en Palestine", explique ainsi au micro de FRANCE 24 Mohammed Barghouti, un habitant du village de Aboud.

Mohammed Barghouti et ses amis sont rassemblés au cimetière du village pour l’enterrement d’un camarade tombé sous les balles israéliennes lors d’une manifestation contre le sort des prisonniers palestiniens en Israël. Les funérailles se transforment rapidement en une nouvelle manifestation, qui dégénère à son tour en affrontements avec les soldats israéliens postés à l’entrée du village. Pierres contre balles en caoutchouc, pneus brûlés contre gaz lacrymogène… Le cycle de la violence reprend.

Impuissance

L’impuissance de Barack Obama à obtenir un gel de la colonisation israélienne lors de son premier mandat est dans toutes les mémoires. Les Palestiniens accusent le président américain d’avoir abandonné toute pression sur le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou pour mettre un terme au grignotage de leur territoire.

it
Barack Obama : "l'étoile de David et la bannière étoilée volent aujourd'hui côte à côte"

Désabusés, des activistes palestiniens ont prévu de brandir des pancartes anti-Obama au passage de son convoi.

"Chaque décision prise par Obama est dans l'intérêt des sionistes d'Israël. Donc quand il arrivera en ville et qu'il sera en route pour le palais présidentiel ou pour le bureau du Premier ministre, nous lui montrerons qu'il n'est pas le bienvenu ici et que nous ne voulons pas de lui dans notre pays", confie à FRANCE 24 le jeune infographiste Jabr Ziadeh.

Colonisation

L’accélération de la colonisation en Cisjordanie est une source de tension croissante. Depuis son petit village d’Al-Walaja, Mohammed Al-Arij peut constater l’éclosion de dizaines de maisons flambant neuves réservées aux colons juifs dans l’implantation voisine. "Le premier problème, c'est le mur de séparation qu'ils construisent pour protéger les colons. Il nous empêche d'accéder à nos terres. Cette colonie est devenue tellement grande qu'elle menace notre village", affirme le Palestinien.

Le gel de la colonisation juive est la condition-clé demandée par les négociateurs palestiniens pour une reprise des pourparlers de paix. Un retour à la table des négociations jugé improbable par de nombreux responsables de l’Autorité palestinienne, qui n’attendent pas grand-chose de l’entretien entre Mahmoud Abbas et le président américain.

"Les officiels de Ramallah ont également revu leurs attentes à la baisse concernant la visite du président américain. Barack Obama dit qu’il vient ici pour écouter… Mais de nombreux Palestiniens estiment qu’il est temps d’agir ", conclut le correspondant de FRANCE 24 à Jérusalem, Gallagher Fenwick.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine