Accéder au contenu principal

Flottille de Gaza : trois ans après, Netanyahou présente ses excuses à la Turquie

Photo AFP

Le Premier ministre israélien a présenté ses excuses à son homologue turc pour la mort de neuf passagers turcs lors du raid israélien contre une flottille d'aide pour Gaza en 2010, scellant ainsi la reprise de relations normales entre les deux pays.

PUBLICITÉ

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, a annoncé vendredi 22 mars la reprise de relations diplomatiques normales entre son pays et la Turquie. Plus tôt dans la journée, il a présenté ses excuses par téléphone à son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, pour la mort en mai 2010 de neuf Turcs lors du raid israélien contre une flotille dans les eaux internationales au large de Gaza. Benjamin Netanyahou a ajouté qu'Israël acceptait de verser des indemnités aux familles des victimes du raid.

"Le Premier ministre Netanyahou a exprimé ses excuses au peuple turc pour toute erreur qui a pu conduire à la perte de vies, et accepté de mettre en œuvre l'accord d'indemnisation", lit-on dans le communiqué du bureau du Premier ministre israélien.

La reprise des relations diplomatiques entre les deux pays autrefois alliés stratégiques sera concrétisée par le retour des ambassadeurs des deux pays.

Obama le facilitateur

La conversation téléphonique est à l'initiative du président américain Barack Obama, en visite en Israël, qui tentait de réconcilier ses deux alliés. De son côté, la Turquie a accepté les excuses israéliennes. En retour, Ankara va abandonner les poursuites judiciaires intentées contre les soldats israéliens incriminés dans l'affaire.

Le Premier ministre turc a en outre convenu avec son homologue israélien d'œuvrer de concert à l'amélioration de la situation humanitaire dans les Territoires palestiniens.

FRANCE 24 avec dépêches

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.