FRANCE

Réactions politiques mitigées sur l'intervention de François Hollande

AFP

Au lendemain de l'intervention présidentielle de François Hollande sur France 2, les réactions à droite comme à gauche ne se sont pas fait attendre. Morceaux choisis parmi les nombreuses réactions de la classe politique française.

Publicité

Si la prestation télévisée de François Hollande n'a pas convaincu les éditorialistes, qui l’ont jugés "fade" et sans '"audace", l’intervention a été diversement appréciée par la classe politique française. Sans surprise, les membres du parti socialiste ont été convaincus par le discours du président alors que l'opposition a tiré à boulets rouges sur sa politique.

Harlem Désir : Hollande "au rendez de la vérité"

  • Pour le secrétaire du Parti socialiste (PS), Harlem Désir, Hollande a été "au rendez-vous de la vérité" et "de la détermination face à une crise exceptionnelle".

Claude Bartolone : "La France n'était pas condamnée au déclin"

  • Le président PS de l'Assemblée nationale a souligné dans un communiqué que "le président de la République a démontré que, face à la crise, la France n'était pas condamnée au déclin. En mettant en perspective tous les outils créés depuis dix mois, il réaffirme sa détermination totale à faire de la croissance pour l'emploi la grande cause nationale. Ce soir, il appelle à la mobilisation de toutes celles et ceux qui croient en la France".

Pierre Moscovici : "Un discours de vérité"

  • Le ministre de l'Économie a retenu de l'intervention présidentielle un "discours de vérité, de redressement et de justice : une vision et une volonté pour la croissance et pour l'emploi".

Jean-François Copé : "Rupture profonde entre François Hollande et les Français"

  • À droite, le Président de l'UMP a fustigé la politique du président, parlant de "décalage terrible" entre le président français et la situation du pays."Les conditions sont hélas réunies pour une rupture profonde entre François Hollande et les Français", a estimé le président de l'UMP sur RTL, vendredi, au lendemain d'une intervention télévisée du chef de l'État.

Frédéric Lefebvre : Hollande a "été assez techno et incantatoire"

  • L'ancien secrétaire d'État UMP : "J'espère que François Hollande va enfin comprendre ce que veut dire 'un monde qui change' : interdépendance des économies, mondialisation qui accélère la circulation des capitaux des gens, des services etc.[...] Sur le choc de simplification [administrative], je suis d'accord [...] je le prends au mot et jugerai aux actes. Globalement, il a été assez techno et incantatoire".

Alain Juppé : "Flou artistique"

  • L'ancien ministre des Affaires étrangères attendait "une thérapie de choc" et n'a eu qu'un "flou artistique". "Le sentiment général sera celui d'une grande déception", a-t-il affirmé sur son compte Twitter. "

Marine Le Pen : Hollande a enfilé son "petit costume de gouverneur de province"

  • La présidente du Front national (FN) a jugé jeudi soir que François Hollande s'était "livré à une véritable mise en scène du vide" et que le chef de l'État avait "enfilé le petit costume de gouverneur de province de l'Union européenne".

Jean-Luc Mélenchon : "l'Élysée est enlisé"

  • Le coprésident du Parti de gauche, s'est laissé aller à un jeu de mot, estimant que "l'Élysée [s'était] enlisé". Et d'ajouter, "il s'est totalement trompé de diagnostic, il le dit lui-même : je ne savais pas que la crise serait aussi dure et qu'elle durerait autant. Ce qui montre bien qu'il ne comprend rien aux mécanismes de la finance", a accusé le leader du Parti de gauche.

François de Rugy, "pas de surprise"

  • Pour le coprésident du groupe écologiste à l'Assemblée nationale, "il n'y a pas de grande surprise, il y a quelques annonces, il a tenu sur la taxe à 75 %. Nous, le choc de simplification, on est prêts à y aller."

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine