Accéder au contenu principal

La Fraternité aryenne a-t-elle ordonné les meurtres de deux procureurs au Texas ?

Mark Hasse (gauche) et Mike McLelland
Mark Hasse (gauche) et Mike McLelland AFP

Le procureur du comté de Kaufman (Texas) a été abattu samedi, près de Dallas, deux mois après l'assassinat de son adjoint. La Fraternité aryenne, un groupe qui défend la suprématie blanche, est soupçonnée d'avoir commandité ces meurtres.

Publicité

"Nous avons perdu un homme bien, un formidable ami et un procureur exceptionnel", déclarait le 31 janvier le procureur du comté de Kaufman au Texas, Mike McLelland, quelques heures après l’assassinat de Mark Hasse, son collègue, procureur-adjoint dans le même comté. "J'espère que les gens qui ont fait cela nous regardent en ce moment. Parce que nous allons vous trouver, vous sortir du trou dans lequel vous vous cachez, vous ramener ici et vous juger", avait-il ajouté.

Deux mois après ces déclarations, samedi 30 mars, Mike McLelland a lui aussi été retrouvé mort, à son domicile, à Forney, près de Dallas. Le procureur et sa femme Cynthia ont été abattus par balles. "Tout le monde ici est choqué, a déclaré le maire de la petite ville située dans le comté de Kaufman. Tout semble indiquer que c’est un acte prémédité."

La Fraternité aryenne a été fondée dans les années 1960 dans la prison américaine de San Quentin, en Californie, à une époque où les violences raciales étaient fréquentes aux États-Unis.

Réputés ultra-violents et revendiquant la suprématie de la race blanche, ses membres sont soupçonnés de dizaines de meurtres, de tentatives d'intimidation, de rackets et de trafics de drogue.

Selon les autorités, aujourd'hui moins de 1% des détenus américains appartiennent à la Fraternité aryenne mais ils sont à l'origine de 26% des crimes et des agressions commis en prison ces dernières années.

Vendetta contre les représentants de la loi ?

Y a-t-il une vendetta contre les représentants de la loi à Dallas ? Les deux affaires ont-elles un lien ? Pour l’heure, le shérif du comté, le lieutenant Justin Lewis, refuse de faire le rapprochement. Mais d’autres, comme Chris Aulbaugh, le chef de la police du comté de Kaufman, n’excluent pas cette hypothèse. "Tant que nous n'avons pas découvert ce qu'il s'est passé, je ne peux pas confirmer que [les deux meurtres] sont liés mais cela reste une possibilité", a-t-il déclaré au "Dallas Morning News".

Pete Schulte, ami et avocat de Mike McLelland, n’hésite pas, pour sa part, à faire le rapprochement entre les deux affaires."Je pense qu'elles doivent être liées. Je pense que quiconque regarde les nouvelles doit se dire qu'il y a un lien quelque part. Nous espérons que nos forces de l'ordre le trouveront rapidement", a-t-il déclaré à la chaîne de télévision locale WFAA.

La Fraternité aryenne dans la ligne de mire des enquêteurs

Les deux procureurs travaillaient sur des dossiers sensibles. Mark Hasse était le chef de l'unité du crime organisé lorsqu'il était procureur-adjoint dans le comté de Dallas dans les années 1980. À son arrivée dans le comté de Kaufman, il a traité des cas similaires et s’est notamment occupé d’affaires concernant un groupe de défenseurs de la suprématie blanche : le "Aryan Brotherood" (la Fraternité aryenne), réputé ultra-violent.

C’est aujourd’hui l’une des pistes privilégiées par les enquêteurs. Certains membres du groupe de suprémacistes blancs, très présents dans le comté de Kaufman, avaient déjà eu affaire au département de justice géré par les deux procureurs. En octobre 2012, l’État du Texas avait porté un sérieux coup à l’organisation en inculpant 34 de ses membres, dont quatre leaders. Mike McLelland et Mark Hasse avaient participé à l’élaboration de ce coup de filet.

Une participation qui aurait pu leur coûter la vie. En décembre, soit quelques jours avant l’assassinat de Mark Hasse, le ministère de la Sécurité publique au Texas avait averti que la Fraternité aryenne était sans doute en train de "planifier des actions contre les représentants de la loi" qui avaient participé au coup de filet du mois d’octobre.
 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.