FRANCE

Cahuzac "aurait pu commettre l'irréparable", selon ses proches

AFP
|
Vidéo par : FRANCE 2
4 mn

Les rares amis de Jérôme Cahuzac commencent à s'exprimer dans les médias. Ils font notamment part de leurs inquiétudes quant à l'état de santé de l'ex-ministre du Budget qui serait retranché quelque part en France.

Publicité

"C’est un homme détruit et d’une grande fragilité." Interrogé sur France Inter ce jeudi, Dominique Lefebvre, député socialiste du Val d’Oise, s’est dit très inquiet pour son ami Jérôme Cahuzac qu’il côtoie depuis plus de vingt ans. Un peu plus tard sur RTL, l’élu a affirmé qu’il craignait que l’ex-ministre s’en prenne physiquement à lui-même.

Des inquiétudes partagées par Anne Carpentier, rédactrice en chef d'un journal satirique du Lot-et-Garonne, département dont l'ancien ministre a été député. Jérôme Cahuzac est "effondré" et "muré dans sa solitude", "[il] aurait pu commettre l'irréparable", selon elle.

it
Dominique Lefevbre : "C'est un homme dévasté, détruit"

Lefebvre et Carpentier affirment que Jérôme Cahuzac se trouve actuellement quelque part en France, "face à lui-même", mais qu’il n’est pas seul, bien que sa famille soit restée en région parisienne. "Il n’a cessé de demander pardon à ses amis les plus proches et à sa famille", ajoute Dominique Lefebvre, qui estime que son ami devra être condamné avant de pouvoir se reconstruire.

Selon lui, l’une des plus grandes faiblesses de Jérôme Cahuzac réside dans son besoin d’être reconnu : "C’est cette volonté irrépressible de reconnaissance qui l’a conduit à ces excès, à ces délits et à cette faute morale, explique-t-il. Désormais, il doit aller au bout de cette épreuve de vérité qu’il a commencée par les aveux, afin de régler cette dette qu’il a envers la République", affirme-t-il.

"Il ne manquerait plus que Cahuzac soit en pleine forme !"

Et l’élu du Val d’Oise compte bien être présent pour "l’aider à se relever". "S’il n’en reste qu’un, je serai celui-là. Je connais bien sa famille, j’ai vu naître ses enfants, tout le monde est anéanti et nous n’aurons rien à gagner à le laisser seul", poursuit-il avant d’ajouter : "J’aurais honte de ne pas rester l’ami de Jérôme même si je le juge sévèrement".

Un soutien indéfectible qui n’est pas du goût de tous, à en juger par l’un des derniers communiqués du Parti de gauche et du Front de gauche. Le document critique la compassion affichée d’un Dominique Lefebvre qui vient "exprimer la détresse morale dans laquelle le ministre du Budget pourrait se retrouver après avoir menti à la nation. Il ne manquerait plus qu’il [Jérôme Cahuzac] soit en pleine forme !", peut-on lire dans le texte.

Seuls contre tous, l’ex-ministre et ses rares amis semblent de plus en plus isolés face à la déferlante ininterrompue de commentaires virulents qui s'abattent sur Jérôme Cahuzac depuis deux jours. L’un des derniers en date est celui de Manuel Valls, le ministre de l'Intérieur, qui a déclaré ce jeudi sur BFM TV après avoir reçu un SMS de son ancien collègue : "Je n'ai pas envie de lui parler. Parce qu'il m'a trahi, parce qu'il a bafoué notre système".

Avec dépêches

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine