Le gouvernement sous le choc Cahuzac

Modifié le : 14/11/2013 - 15:17

Dévoilés sur son blog, les aveux de Jérôme Cahuzac sur la détention d'un compte en Suisse depuis 20 ans, puis l'annonce de sa mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale ont eu l'effet, pour la classe politique, d'un tremblement de terre.En état de choc, l’Élysée et le gouvernement Ayrault tentent depuis de sauver un projet politique, celui de la "République irréprochable". La tache parait immense : rétablir la confiance des Français en leurs élus, rendre morale et transparente une vie politique que les affaires successives ont terni.Car avant le scandale Cahuzac, l’affaire Bettencourt a déjà secoué durablement la classe politique, éclaboussant l’ancien président Nicolas Sarkozy, mis en examen une semaine plus tôt que Jérôme Cahuzac, et provoquant, sous le précédent quinquennat, la démission d’un autre ministre du Budget, Éric Woerth.Enfin, avec cette affaire, le site d’information Mediapart et son fondateur Edwy Plenel ont remporté le bras de fer qui les opposait à une partie de la classe politique, de droite comme de gauche, ainsi qu'à certains médias de l’Hexagone.