Accéder au contenu principal

Les pro-mariage gay manifestent et dénoncent les agressions homophobes

Collectif Oui-oui-oui

Des milliers de défenseurs du mariage pour tous se sont rassemblés mercredi soir à Paris pour dénoncer l’intensification des actions coup de poing et les agressions organisées par la frange extrême des opposants au projet de loi.

PUBLICITÉ

Dans un climat tendu où le rapporteur du projet de loi, le député socialiste Erwann Binet, a décidé d’annuler ses prochaines réunions publiques pour des raisons de sécurité, et quelques jours après l’agression d’un homosexuel, Wilfried de Bruijn, dans les rues de Paris, des milliers de militants du mariage pour tous se sont rassemblés devant l’Hôtel de Ville à Paris, mercredi 10 avril, sous une pluie battante, pour dénoncer la "haine qui s'est intensifiée ces dernières semaines".

À l’appel notamment de Act-Up, SOS Homophobie, Aides, et du collectif Oui-oui-oui, les manifestants réunis devant l’Hôtel de Ville ont scandé "L'homophobie tue, Barjot homophobe !". Ils ont été rejoints par la candidate PS à la mairie de Paris Anne Hidalgo, qui a dénoncé "la violence des mots qui engendre la violence des actes".

Depuis une semaine, les partisans du mariage pour tous s’inquiètent en effet de la multiplication des pressions et des opérations coups de poing : le domicile de la sénatrice UDI Chantal Jouanno a ainsi fait l'objet d'un siège par le Printemps français le 4 avril alors que la sénatrice écologiste du Val-de-Marne, Esther Benbassa, affirme avoir reçu des menaces par téléphone et par mails.

Ces agressions sont le fruit du discours tenu par les porte-parole des anti-mariage homosexuel, dénonce Wilfried de Bruijn, blessé au visage samedi dernier alors qu'il se promenait dans les rues de Paris avec son compagnon. "La Manif pour tous est responsable, mais il faut définir, ils sont responsables de quoi ? Est-ce qu'ils sont responsables de mes blessures maintenant ? Est-ce que Frigide Barjot m'a arraché une dent ? Est-ce que Christine Boutin m’a frappé à la tête ? Non, bien évidemment non. Mais je parle d'autre chose : ils tiennent un discours d'exclusion depuis des mois et des mois, et ça crée un climat dans lequel les gens peuvent dépasser des limites acceptables dans l'action physique", explique-t-il à FRANCE 24.

"Des groupuscules excités et malveillants"

Les anti-mariage homosexuel auraient-ils été dépassés par leurs franges extrêmes ? Les opérations de ces derniers jours ont poussé l’UMP et les organisateurs de la Manif pour tous à prendre leurs distances avec les partisans du Printemps français, collectif qui dit "accompagner" les actions de "harcèlement des représentants du pouvoir".

Frigide Barjot a affirmé sur France 2 "condamner fermement les actes de vandalisme, les injures, les prises à parti de personnes", organisés par "des groupuscules excités, malveillants, à la limite de la délinquance". Un autre porte-parole des anti-mariage pour tous, Xavier Bongibault, estime lutter contre l’homophobie et être un élément modérateur des anti-mariage homosexuel. "Si Frigide Barjot, Laurence Tcheng et moi-même n'avions pas pris la tête de la Manif pour tous le 17 novembre, ce serait actuellement Alain Escadet et Civitas qui seraient à la tête du mouvement contre ce projet de loi, et qu'est-ce que ce serait alors si c'était eux à la tête de ce mouvement ! Donc non nous ne sommes absolument pas responsables de ce climat", explique-t-il à FRANCE 24.

Le projet de loi instaurant le mariage et l’adoption pour tous est en cours de discussion au Sénat. La Chambre haute a déjà approuvé les deux premiers articles du texte de loi.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.