FRANCE

Mediator : entre 1 300 et 1 800 décès causés "à long terme", selon les experts

AFP
Texte par : Dépêche
3 mn

Le Mediator pourrait avoir fait entre 1 300 et 1 800 morts "à long terme" en France, selon une étude scientifique rendue publique vendredi par le parquet de Paris. Le médicament aurait dû être interdit entre 1998 et 2003, selon les experts.

Publicité

Le rapport d'experts ordonné par les juges enquêtant sur le Mediator évalue entre 1.300 et 1.800 le nombre de décès à long terme en France liés à une pathologie cardiaque imputable à ce médicament et dénonce la stratégie de dissimulation de son fabricant, le laboratoire Servier.

Commandé en juillet 2011, ce rapport rendu vendredi confirme de précédentes estimations de mortalité et met en avant la volonté de Servier de masquer le caractère anorexigène du médicament, selon les conclusions présentées par le parquet de Paris.

Les trois experts estiment que la molécule du Mediator, le benfluorex, est à l'origine du développement de valvulopathies (déformation des valves cardiaques) et d'hypertension artérielle pulmonaire (HTAP), qui est une pathologie rare mais actuellement incurable.

"Pour les valvulopathies, les experts estiment les décès à court terme, donc à deux ans et demi, entre 220 et 300. Ils estiment les décès à long terme entre 1.300 et 1.800 et les hospitalisations pour insuffisance valvaire entre 3.100 et 4.200", selon les experts cités par le parquet.

Par ailleurs, il n'existe aucune évaluation du nombre de décès dus à des hypertensions artérielles pulmonaires (HTAP), ajoutent-ils.

La commercialisation du médicament, dont les "propriétés anorexigènes puissantes" sont confirmées, aurait dû être suspendue entre 1998 et 2003 par Servier ou par les autorités au vu des premiers signalements de maladies, selon ces conclusions.

Le Mediator a été suspendu en novembre 2009 et retiré définitivement en juillet 2010.

Une étude publiée en février 2012 par le journal spécialisé Pharmacoepidemiology & Drug Safety avait estimé que le Mediator avait "probablement" causé 3.100 hospitalisations et au moins 1.300 morts par valvulopathie entre 1976 et 2009 en France.

Une étude de l'agence française du médicament de 2010 estimait ces décès entre 500 et 2.000.

AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine