Accéder au contenu principal

Piraté, le compte Twitter d'AP annonce des explosions à la Maison Blanche

AFP

Des hackers ont piraté le compte Twitter de l'agence de presse américaine AP et publié un faux message annonçant des explosions à la Maison Blanche. Le piratage, revendiqué par l'Armée électronique syrienne, a semé la panique à Wall Street.

Publicité

"Deux explosions à la Maison Blanche, Barack Obama est blessé". C'est ce qu'on pouvait lire sur le compte Twitter piraté de l'agence de presse américaine AP (Associated Press), mardi soir. Un piratage qui a provoqué de nombreux retweets et la suspension jusqu'à nouvel ordre du compte aux 1,9 million d'abonnés.

Le porte-parole de la Maison blanche Jay Carney est rapidement intervenu pour dire que le président Barack Obama se portait bien. AP a précisé de son côté que des hackers avaient tenté à plusieurs reprises de dérober les mots de passe de journalistes de l'agence.

Revendication de l'Armée électronique syrienne

Le piratage a été revendiqué sur Twitter par la Syrian Electronic Army ("Armée électronique syrienne", SEA), qui a déjà piraté plusieurs comptes de médias internationaux, dont l'Agence France-Presse (AFP) en février dernier. La SEA, qui affirme soutenir le régime syrien de Bachar al-Assad, avait publié plusieurs photos et documents sur le compte, avant que ce dernier ne soit suspendu.

La publication a brièvement fait chuter la Bourse de New York - l'indice Dow Jones a perdu 130 points en l'espace de quelques minutes -  et bondir les emprunts d'État américains, valeur refuge traditionnelle des investisseurs.

Samedi, les comptes des émissions "60 Minutes" et "48 Hours" de CBS News sur les réseaux sociaux ont été piratés.

Avec dépêches

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.