ISLANDE

Victoire de l'opposition de centre-droit, la gauche sanctionnée

AFP
Texte par : Dépêche
2 mn

Selon les résultats définitifs publiés dimanche, l'opposition de centre-droit arrive nettement en tête des élections législatives, tenues en Islande samedi. Une sanction pour la gauche au pouvoir depuis 2009.

Publicité

L'opposition de centre-droit en Islande a remporté une nette victoire lors des élections législatives samedi, lui permettant de négocier une nouvelle coalition gouvernementale, selon les résultats définitifs publiés dimanche.

Le Parti de l'indépendance (droite) est arrivé en tête avec 26,7% des voix, ce qui lui donne 19 sièges au Parlement.

Son chef de file Bjarni Benediktsson devrait essayer de gouverner avec le soutien du Parti du progrès (centriste et agrarien), qui a récolté 24,4% des suffrages et 19 députés également.

Derrière eux, les partis du gouvernement de gauche sortant connaissent une déroute, perdant la moitié de leurs parlementaires. L'Alliance (sociaux-démocrates) tombe à 12,9% des voix, soit 9 sièges. Son allié, le Mouvement gauche-verts, obtient 10,9% des voix, soit 7 sièges.

Deux partis novices font leur entrée au Parlement. Avenir radieux (pro-UE) a remporté 6 sièges avec 8,2% des voix. Et le Parti pirate (libertaire) est le premier de son genre que les électeurs propulsent dans un Parlement national, avec 3 députés pour 5,1% des voix.

Malgré un scepticisme généralisé dans la population vis-à-vis de la classe politique, la participation a été plutôt bonne, à 83,3%.

La tâche de choisir le premier responsable de parti qui tente de former une coalition revient au président de la République. Traditionnellement, il choisit celui qui mène la formation arrivée en tête des suffrages.

La campagne électorale a été dominée par le mécontentement des Islandais face à leur condition économique, et en particulier par les questions d'endettement des ménages.

AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine