Accéder au contenu principal

Le djihadiste français Gilles Le Guen arrêté dans le nord du Mali

Le djihadiste français Gilles Le Guen a été arrêté dans la nuit de dimanche à lundi dans le nord du Mali, selon l'AFP qui confirme ainsi une information de RTL. Il devrait être expulsé vers la France sous peu.

PUBLICITÉ

Gilles Le Guen, le djihadiste français le plus recherché par les autorités, a été arrêté par les forces françaises dans la nuit de dimanche à lundi au Mali, au nord de Tombouctou, selon une source proche de l'enquête citée par l'AFP. L'agence de presse confirme ainsi une information donnée plus tôt par la radio RTL.

Agé d'une cinquantaine d'années, ce Breton converti de longue date à l'islam est actuellement aux mains des autorités maliennes. Selon RTL, il devrait être expulsé vers Paris dans les prochains jours ou les prochaines semaines.

À l'automne 2012, l'homme qui se fait appeler Abdel Jelil était apparu à visage découvert dans une vidéo dans laquelle il lançait une mise en garde à la France contre l'intervention militaire au Nord-Mali. Une intervention occidentale "rendra notre lutte légitime comme celle de nos frères d'Afghanistan et de Palestine. Nous nous battrons jusqu'au bout", déclarait-il alors. Il demandait également "au peuple français de s'opposer à toute agression qui ne serait pas dans son intérêt", évoquant "une catastrophe humaine et humanitaire".

Le Guen vivait au Mali depuis 5 ans

Gilles Le Guen est également soupçonné d'avoir participé à la prise d'otages sur le site gazier d'In Amenas en Algérie en janvier dernier mais il n'existe toutefois pas de preuve de son implication.

Titulaire d'un brevet de la marine marchande obtenu à la fin des années 1980, Gilles Le Guen a beaucoup voyagé avant de s'installer au Maroc puis en Mauritanie et enfin au Mali où il vit depuis cinq ans avec sa deuxième épouse, une Marocaine.

Un autre djihadiste français a été capturé début mars par l'armée française à l'issue de violents combats dans le nord du Mali. Renvoyé en France, il a été mis en examen le 22 mars pour "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste" et placé en détention provisoire.

FRANCE 24 avec dépêches

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.