Accéder au contenu principal

Des zones sunnites pour la première fois prises pour cible en pays alaouite

AFP

L'armée syrienne a bombardé, ce vendredi, des quartiers sunnites de Banias, en région alaouite, au lendemain de la mort de dizaines de civils dans la ville. L'opposition et les ONG dénoncent un "massacre à caractère confessionnel".

Publicité

Pour la première fois, l'armée syrienne a bombardé, ce vendredi, des quartiers sunnites de Banias, une ville côtière située en territoire alaouite, dans l'ouest du pays, a affirmé l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

"Certains quartiers du sud de Banias sont bombardés par les troupes régulières et les soldats aux barrages militaires, disséminés dans la région, ont ouvert le feu", a ajouté l’ONG qui s'appuie sur un large réseau de militants à travers le pays.

"Massacre à grande échelle"

Dans la matinée de vendredi, deux roquettes ont été tirées par les rebelles sur l'aéroport international de Damas, touchant un avion stationné sur le tarmac et un réservoir de kérosène qui s'est enflammé, a annoncé l'agence officielle syrienne Sana.

"Une des deux roquettes a touché un réservoir de kérosène tandis que l'autre a touché un des avions commerciaux stationnés sur le tarmac qui a subi d'importants dégâts", a indiqué l'agence, précisant que le trafic aérien était "normal" et que l'incendie avait été totalement maîtrisé.
 

La veille, au moins 50 personnes, essentiellement des civils, avaient été tuées par l'armée syrienne et ses supplétifs dans le village sunnite de Bayda, proche de Banias. Certains ont été sommairement abattus, d'autres tués par balle, poignardés ou brûlés, selon l’OSDH, qui craint "un nouveau massacre à caractère confessionnel".

"Des dizaines de civils de Bayda sont portés disparus, on ne sait pas s'ils ont été arrêtés, tués ou s'ils ont réussi à partir", précise par ailleurs M. Abdel Rahmane, directeur de l’OSDH. "Beaucoup de villageois ont fui vers les quartiers sunnites du sud de Banias car ils ne peuvent pas se réfugier dans les régions alaouites."

De son côté, la Coalition de l'opposition syrienne, réagissant à ce qu’elle qualifie de "crimes de guerre et de génocide", a dénoncé dans un communiqué un "massacre à grande échelle" et appelé la "Ligue arabe et les Nations unies à agir rapidement pour sauver les civils de Bayda, de Banias et des autres villages à travers la Syrie".

Les trois principales villes de la côte, Banias, Lattaquié et Tartous, et leurs régions, représentent le "pays alaouite" d'où est issu Bachar al-Assad. Selon certaines hypothèses, le président syrien pourrait envisager un repli vers cette zone en cas de chute de son régime.

Avec dépêches

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.