Accéder au contenu principal
MÉDIAS

La valse-hésitation d’Al-Jazira au sujet d’un article anti-israélien

AFP

Le site internet anglophone de la chaîne qatarie Al-Jazira a publié, puis supprimé et enfin remis en ligne un texte très virulent à l’égard d’Israël. Un cafouillage éditorial qui a valu à la chaîne une volée de critiques.

Publicité

Les conférences de rédaction ont dû être agitées ces derniers jours à Al-Jazira. Le site anglophone de la chaîne qatarie a publié, puis retiré… et enfin remis en ligne mardi 21 mai un article controversé sur Israël. La direction de la chaîne s’est même fendue d’un communiqué au sujet de cette valse-hésitation affirmant qu’elle “aurait dû faire mieux” pour dissiper les critiques de censure. Une mise au point qui ne donne, en revanche, aucune d’explication sur ce cafouillage éditorial.

L’affaire commence par la publication, mardi 14 mai, dans la rubrique “opinions”, d’un article intitulé “The last of the semite” (Le dernier des sémites) de Joseph Massad, un spécialiste du Moyen-Orient d’origine palestinienne rattaché à l’université américaine de Columbia. Dans ce texte, l’universitaire avance des affirmations à même de créer la polémique : selon lui, le mouvement sioniste en Europe avait “épousé les idées antisémites pour justifier la création d’un État juif” et il affirme qu’Israël s’appuie sur les thèses antisémites pour justifier son existence.

“Le texte a immédiatement suscité un intense débat, comme Joseph Massad et son éditeur à Al-Jazira l’avaient probablement anticipé, ”, note le quotidien britannique "The Guardian". Pour le quotidien conservateur israélien le "Jerusalem Post", l’article polémique “n’est qu’une nouvelle illustration de l’utilisation que Joseph Massad fait d’Al-Jazira pour diffuser ses idées vicieuses sur Israël et le sionisme” qui seraient dignes “des propos tenus sur des sites néo-nazis”. L’universitaire d’origine palestinienne a, en effet, déjà publié plusieurs articles sur le site de la chaîne qatarie soulignant le prétendu “caractère raciste” de la politique de l’État hébreu.

Opération séduction aux États-Unis

"Félicitation Al-Jazira, vous venez de publier la diatribe la plus antisémite depuis longtemps"

D’autres personnalités, essentiellement américaines, se sont tournées vers Twitter pour féliciter, très ironiquement, “Al-Jazira d’avoir publié l’article le plus antisémite depuis longtemps”, selon le journaliste du site The Atlantic Jeffrey Goldberg .

Après six jours de polémique quasi-ininterrompue autour du texte litigieux, Al-Jazira décide, dimanche 19 mai, de le retirer purement et simplement de son site. Un choix qui, cette fois-ci, prend de court les défenseurs de Joseph Massad. “C’est un acte de censure sans précédent sur un site - la version anglaise d’Al-Jazira - qui jouissait jusqu’alors d’une liberté d’expression totale”, s’emporte le blog pro-palestinien Electronic Intifada. “C’est la preuve que la dynastie du Qatar est à la botte d’Israël”, s’emporte de son côté le blog Angry Arab. Plus nuancé, le "Guardian" souligne que la publication puis le retrait de l’article n’a eu pour “seule conséquence que de déplaire à tout le monde”.

L’ultime volte-face - la remise en ligne du texte mardi 21 mai - n’a fait qu’ajouter à la confusion sur la ligne éditoriale d’Al-Jazira. Plusieurs commentateurs, notamment d'un blog hebergé sur le site du "Guardian" ou d'Electronic Intifada, établissent un lien entre cette affaire et le lancement prochain d’une chaîne américaine d’Al-Jazira. À l’heure où le média qatari cherche à signer des accords avec des câblo-opérateurs américains, cet article risquait de faire désordre, résume le site d’information Rue 89, première publication française à avoir traité l'affaire. Les thèses défendues par Joseph Massad seraient peu compatibles avec “l’image de média respectable” qu’Al-Jazira tente de donner.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.