Les Observateurs

Cache-cache forcé pour les chanteuses iraniennes et la médina s'effondre à Casablanca

Julien Pain vous propose la première émission entièrement réalisée à partir de contenus amateur. Photos, vidéos, témoignages : tout vient de nos Observateurs, aux quatre coins du monde, et tout a été vérifié par nos journalistes, à Paris. Première diffusion le samedi à 8h10 (heure de Paris).

Publicité
Équipe éditoriale : Ségolène Malterre, Gaëlle Faure, Sarra Grira, Wassim Nasr et Alexandre Capron.
 
SUJET 1 - IRAN :
 
Dans son histoire, l'Iran a connu de grandes chanteuses, mais avec l'arrivée au pouvoir des Mollahs en 1979, toutes ont été obligées de se taire, sauf autorisation exceptionnelle. Pour autant, les chanteuses iraniennes n’ont pas disparu. Aujourd’hui, toute une génération de jeunes artistes se retrouve sur la toile. Dissimulées derrière des pseudonymes, comme P3 ou Madmazel, elles osent même apparaître dans des clips, mais en faisant très attention à ne pas être reconnue. L’une d'entre elle a accepté de témoigner d'Iran, où si elle était découverte, sa passion pourrait lui valoir la prison ou encore 79 coups de fouets.
 
SUJET 2 : MAROC
 
On part maintenant à Casablanca au Maroc où les maisons du vieux quartier populaire de la medina s’effondrent les unes après les autres. Début mai, de retour du hammam, un habitant a retrouvé son appartement totalement affaissé. Au mois d'avril, c’était une famille entière qui était tombée dans l'appartement du dessous, après que le sol ait cédé sous ses pieds. Ma medina est un gruyère, le témoignage de Touria Zehaîchi.
 

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine