Accéder au contenu principal

Paris menace de contester l'élection présidentielle malgache

Andry Rajoelina, Lalao Ravalomanana et Didier Ratsiraka
Andry Rajoelina, Lalao Ravalomanana et Didier Ratsiraka AFP

La France a menacé lundi de ne pas reconnaître le vainqueur de l'élection présidentielle malgache reportée, une fois de plus, du 24 juillet au 23 août, si Andry Rajoelina, Lalao Ravalomanana et Didier Ratsiraka maintiennent leur candidature.

Publicité

Certaines candidatures à l’élection présidentielle ne sont pas du goût de Paris. Le Quai d’Orsay a d’ores et déjà annoncé qu’il ne "ne reconnaîtra pas" le résultat de l'élection présidentielle malgache si les trois candidats contestés "persistent à y concourir", Paris "appelle instamment Lalao Ravalomanana, Andry Rajoelina et Didier Ratsiraka [...] à retirer leurs candidatures" à la prochaine élection présidentielle, a déclaré lundi le porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

La France avait déjà fait part de sa réserve. Samedi déjà, l'ambassade de France à Antananarivo avait décidé de sanctionner les candidats indésirables en indiquant que les visas pour la France du président de la Transition malgache, Andry Rajoelina, et de sa famille avaient été suspendus.

Soutien fragile de la communauté internationale

L'élection présidentielle à Madagascar, étape indispensable au rétablissement de la démocratie, a été reportée la semaine dernière au 23 août par le gouvernement de transition mais la communauté internationale, qui dénonce le non respect de la feuille de route adoptée en 2011, menace de se retirer du processus qu'elle soutient financièrement.

D'après cette feuille de route, c'est à la Commission électorale et aux Nations unies qu'il revenait de décider conjointement du calendrier électoral.

En outre, l'ancien maire d'Antananarivo Andry Rajoelina, qui gouverne depuis 2009 sans avoir été élu, n'a pas démissionné dans les délais impartis et a renié sa promesse de ne pas se présenter.

Deux autres candidatures sont contestées par l'Union Africaine et le reste de la communauté internationale qui les considèrent comme "illégitimes": celle de Lalao Ravalomanana qui se présente au nom de la mouvance de son mari, un ancien chef dÉtat, alors que ce dernier avait également promis de se tenir à l'écart, et celle d'un autre ancien président, Didier Ratsiraka.

Avec dépêches

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.