Accéder au contenu principal

Affaire Tapie : le PDG d'Orange Stéphane Richard mis en examen

AFP

Le patron d'Orange Stéphane Richard, placé lundi en garde à vue dans le cadre de l'arbitrage dans l'affaire Tapie, a été mis mercredi en examen pour escroquerie en bande organisée sur réquisitions conformes du parquet.

Publicité

Le patron d'Orange, Stéphane Richard, a été mis en examen mercredi pour "escroquerie en bande organisée" dans le cadre de l'enquête sur l'arbitrage ayant mis fin au litige entre le Crédit Lyonnais et Bernard Tapie en 2008, a annoncé le parquet de Paris dans un communiqué.

M. Richard "a été mis en examen ce jour du chef d'escroquerie en bande organisée,

L'ancien président du Consortium de réalisation (CDR), Jean-François Rocchi, a été mis en examen mercredi soir pour "escroquerie en bande organisée" et "usage abusif de pouvoirs sociaux" dans l'enquête sur l'arbitrage ayant clos le litige entre Bernard Tapie et le Crédit Lyonnais en 2008, a annoncé le parquet de Paris dans un communiqué.

Cette mise en examen de l'ancien président de la structure chargée de gérer le passif du Crédit Lyonnais intervient peu après celle du patron d'Orange, Stéphane Richard. (AFP)
 

sur réquisitions conformes du parquet", a précisé le parquet.

L'ancien directeur de cabinet de Christine Lagarde se dit "confiant et combatif", a indiqué son entourage à l'AFP.

Le 29 mai, l'un des trois juges du tribunal arbitral, Pierre Estoup, a été le premier mis en examen pour "escroquerie en bande organisée", donnant un tour spectaculaire à cette affaire.

Directeur de cabinet de Christine Lagarde à Bercy, M. Richard s'est expliqué pendant deux jours, en garde à vue, sur la décision prise en 2007 de recourir à un arbitrage pour solder le litige, en particulier sur la chaîne de prise de décision ayant conduit au choix d'un tribunal privé et sur le rôle respectif du ministère de l'Economie et de l'Elysée.

L'enquête porte aussi sur le mode de désignation des arbitres et la décision du gouvernement de ne pas contester cet arbitrage, malgré des soupçons d'irrégularité.

Concernant le choix de l'arbitrage, Stéphane Richard avait récemment déclaré à l'AFP qu'une "réunion de validation" avait eu lieu avec le secrétaire général de l'Elysée, Claude Guéant, à l'été 2007, en présence de Jean-François Rocchi, ex-président du Consortium de réalisation (CDR), chargé de solder le passif du Crédit Lyonnais.

Il n'y a eu "ni ordre, ni instruction, ni pression particulière" de l'Elysée, avait-il cependant assuré. Selon Le Canard enchaîné, M. Richard a soutenu le contraire, évoquant une instruction transmise par Claude Guéant lors de cette réunion.

M. Rocchi était en cours de présentation devant les juges d'instruction mercredi après-midi en vue d'une possible mise en examen, a précisé le parquet.

M. Tapie, interrogé par l'AFP, n'a souhaité faire aucun commentaire, après la mise en examen de M. Richard

 

AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.