Dans la presse

"Un murmure dans le fracas du monde"

France 24

Presse française, Mardi 25 juin. Au menu de la presse française ce matin, la passe d’armes entre Joao Manuel Barroso et Arnaud Montebourg, symptomatique du malaise entre Bruxelles et Paris, la garde à vue de Tapie, et la Centrafrique

Publicité

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
Au menu de la presse française, ces nouvelles tensions entre Paris et Bruxelles, entre Arnaud Montebourg et Joao Manuel Barroso.
 
Après la polémique sur l’exception culturelle, voici donc la dernière passe d’armes en date, à la Une ce matin du Figaro: après la législative partielle de Villeneuve-sur-Lot, le FN confirme son ascension dans les urnes,  et cette progression serait la faute, d’après le ministre du Redressement productif, du libéralisme à tout crin défendu par l’Europe en général, et son président de la Commission en particulier, accusé d’être «le carburant du Front national». Une amabilité qui lui a valu cette réponse de l’intéressé: «certains souverainistes de gauche ont le même discours que l’extrême-droite». Tout cela est un peu glacial, et serait surtout la manifestation, d’après le Figaro, d’un malaise plus profond entre Bruxelles et Paris.
 
Les déclarations d’Arnaud Montebourg qui lui valent, une nouvelles fois, les critiques de l’opposition. Le ministre se retrouve une fois de plus accusé d’être au mieux, un provocateur, au pire, un «pyromane» - c’est d’ailleurs le terme employé par l’Opinion, qui se demande: «A quoi sert Arnaud Montebourg ?».
 
Du côté de Libération, c’est Joao Manuel Barroso qui se retrouve sur le banc des accusés. «Européen pro-américain, à veste réversible», le voilà habillé pour l’hiver.
 
On s’empoigne, on s’invective, mais tout cela est-il vraiment de nature à «faire avancer le débat» ? s’interrogent les Echos. «Les noms d’oiseaux échangés ces dernières heures donnent une fois encore une image bien dégradée de l’Europe». Le journal critique la stratégie qui consiste «à laisser la bride aux seconds couteaux afin de créer un rapport de force favorable», car il n’est pas certain que «ces vieilles recettes soient encore à la hauteur des attentes. La seule vraie manière de favoriser le recul du FN, c’est d’obtenir, enfin, des résultats économiques».
 
Le FN qui vient d’enregistrer un très bon score à la législative partielle de Villeneuve-sur-Lot. La majorité tâtonne et cherche toujours des ripostes à la montée du Front. Quand «la gauche veut laver l’affront», titre Libération, pour qui «c’est par les idées, et non par l’invective que le combat contre (la) droite extrême se gagnera».
 
Le FN de Marine Le Pen bénéficie sans nul doute du climat généré par la multiplication des «affaires» ces derniers mois. Dernière en date, l’affaire Tapie - «Tapie à l’heure des comptes», à lire ce matin du côté du Parisien, avec une enquête sur l’état de son patrimoine et sur ce qu’il risque de perdre.
 
Sans transition et pour terminer, je vous signale ce long reportage que consacre la Croix à un «drame oublié», l’abandon des civils de Centrafrique. Des populations aujourd’hui à la merci de bandes armées incontrôlées. La Croix est allé à la rencontre d’un peuple «exténué». L’arrivée au pouvoir, en mars dernier de Michel Djotodia, qui a renversé Bozizé, n’a pas ramené le calme. La Croix parle de viols, de recrutement d’enfants-soldats, d’incendies de maisons et de récoltes, d’ «un murmure (que l’on n’entend pas) dans le fracas du monde».
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine