AUSTRALIE

Désavouée par son parti, le Premier ministre Julia Gillard poussée à la démission

AFP

Le Premier ministre australien, Julia Gillard, a été désavouée lors d'un vote de confiance des députés de sa formation, le Parti travailliste. Elle a été battue par son grand rival, Kevin Rudd, qu'elle avait remplacé à ce poste il y a trois ans.

Publicité

Le Premier ministre d'Australie, Julia Gillard, a été désavouée mercredi lors d'un vote de confiance des députés de sa formation, le Parti travailliste, à quelques semaines des élections parlementaires, et sa démission est attendue sous peu.

Elle n'a remporté que 45 votes en sa faveur, contre 57 pour son grand rival, Kevin Rudd, ancien Premier ministre qu'elle avait poussé dehors il y a trois ans.

Gillard, première femme à devenir Premier ministre dans l'histoire de l'Australie, avait indiqué peu avant le vote qu'elle quitterait la politique si elle perdait.

Le Premier ministre doit à présent prévenir le gouverneur général Quentin Bryce, le représentant du chef de l'Etat australien --la reine Elizabeth d'Angleterre-- qu'elle démissionne de ses fonctions, un geste attendu pour jeudi. Kevin Rudd, 55 ans, alors la remplacera.

"L'humeur était sombre", a déclaré Chris Hayes, chargé de comptabiliser les votes.

Selon des informations non confirmées, Wayne Swan, Trésorier au sein du gouvernement et soutien de Mme Gillard, a remis sa démission.

Depuis des mois, le parti travailliste est donné largement perdant face au parti conservateur mené par Tony Abbott pour les élections du 14 septembre.

Ces derniers jours, la presse australienne bruissait à nouveau d'une énième contestation menée par Kevin Rudd, ancien Premier ministre travailliste que Julia Gillard avait poussé dehors sans ménagement en juin 2010.

Le vote de ce mercredi était le 3e vote de confiance à son encontre au sein du parti travailliste, en à peine plus d'un an.

Rudd, 55 ans, a été chef du gouvernement entre 2007 et 2010. Critiqué notamment pour sa gestion autoritaire, il avait été démis à l'issue d'un vote de l'exécutif travailliste qui avait désigné Julia Gillard pour prendre sa suite.

AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine