Accéder au contenu principal

La Cour des comptes en rajoute sur le dérapage du déficit français

AFP

Le déficit français pourrait atteindre 4 % fin 2013 a indiqué, ce jeudi, la Cour des comptes alors que l'État s'est fixé 3,7 %. L'institution ne juge cependant pas utile de prendre des mesures supplémentaires de réduction des dépenses.

PUBLICITÉ

Alors que le gouvernement et l'opposition de droite et du centre se livrent à une bataille sur l'ampleur du déficit français pour 2013, la Cour des comptes vient ajouter son grain de sel.

L'institution, dans un rapport rendu public jeudi 27 juin, va dans le sens des députés de droite. Elle estime en effet peu probable que la France atteigne, en fin d'année, un déficit de 3,7% du PIB. "Il ne faut pas exclure l'hypothèse d'un déficit effectif se situant autour de 4 % du PIB", a commenté jeudi le Premier président de la Cour des comptes, Didier Migaud.

Baisse des recettes fiscales

Si la croissance française était plus basse que les prévisions du gouvernement pour 2013, soit +0,1 %, comme l'affirment la plupart des observateurs, le déficit public devrait se creuser d'après le rapport. Pour les auteurs de ce document, une détérioration de la situation économique se traduirait par une baisse des recettes fiscales, ce qui aggraverait le bilan des finances publiques.

Reste que la Cour des comptes ne rejoint pas les députés de l'opposition sur leur proposition de prendre davantage de mesures pour réduire les dépenses publiques. Auditionné par la commission des Finances de l'Assemblée nationale, Didier Migaud a néanmoins jugé un collectif budgétaire inutile. "Compte tenu de l'ampleur de l'effort programmé et de l'atonie de la croissance économique, la Cour considère qu'il n'y a pas lieu d'envisager des mesures de rééquilibrage en cours d'année", a-t-il expliqué.

Avec dépêches

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.