Accéder au contenu principal
Dans la presse

"Le nom de la terreur"

France 24

Presse internationale, Mercredi 17 juillet. Au menu de la presse internationale ce matin, la mort du chef des Zetas, au Mexique, les suites de l’acquittement Zimmerman aux Etats-Unis, et une polémique à Broadway.

PUBLICITÉ

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
On commence cette revue de presse internationale avec l’arrestation au Mexique de Miguel Angel Treviño, le deuxième chef du cartel des Zetas tombé en neuf mois.
 
Egalement connu sous son nom de scène «Z-40», Treviño était l'un des hommes les plus recherchés au Mexique et aux Etats-Unis. «Un nom synonyme de terreur», écrit le journal mexicain El Universal, en revenant sur le parcours de ce «capo» né au Texas où il avait commencé sa carrière criminelle, avant de gravir les échelons des Zetas un à un, pour en reprendre les rênes en octobre 2012. Un parcours d’une violence inouïe, Trevino se distinguant par sa maîtrise de l’art de la torture, une vie dont le terme pourrait signifier l'affaiblissement de l'une des organisations criminelles les plus puissantes du Mexique.
 
C’est toutefois loin d’être sûr, d’après The Independent, qui raconte que cette disparition pourrait, aussi, provoquer une violente guerre de succession. «Avec un marché qui s’élève à 13 milliards de dollars, il y a beaucoup de Trevino pour reprendre le main», écrit le journal, qui livre quelques chiffres vertigineux: au moins 60 000 morts au Mexique depuis le début de la guerre des cartels, en 2006, et près de 26 000 personnes disparues.
 
Aux Etats-Unis, la polémique continue après l’acquittement de George Zimmerman, accusé du meurtre de Trayvon Martin. Ce matin, c’est au tour du jury qui a prononcé le verdict de se retrouver dans la ligne de mire. Ce jury que certains accusent d’avoir prononcé un verdict raciste était en effet composé de six femmes, toutes blanches à l'exception d'une hispanique. Six femmes dont le nom n’a évidemment pas été révélé, et qui ont été choisies le 20 juin dernier au sein d'un groupe de 40 jurés potentiels, tirés au sort, longuement interrogés sur leurs opinions politiques, et notamment sur l’éventuelle possession d'armes à feu. C’est justement cet interrogatoire préalable qui motive les doutes de Slate sur la jurée «B-37».
 
Une mise en doute qui ne convainc pas une éditorialiste de la télé de droite Fox News, qui signe une tribune sur le site de la chaîne pour demander à ce que cessent les «insultes» à l’égard de ce jury: «Six femmes jurées ont parlé, nous n’avons pas à être d’accord ou pas d’accord avec leur verdict. Nous devons respecter chacune d’entre elles, ainsi que leur décision, collective et unanime».
 
On termine avec une querelle nettement moins dramatique, la guerre qui oppose deux groupes de reprise des Beatles. Cette très sérieuse affaire nous est rapportée par The International Herald Tribune, qui la résume ainsi: «C’est nous les vrais faux Beatles… non, c’est nous». Deux sociétés américaines de production sont en train de s’écharper devant la justice pour savoir laquelle d’entre elles a le droit de monter une comédie musicale en hommage aux Beatles.
 
Quel monde de brutes… heureusement qu’il y a les carnets roses, et l’arrivée imminente du royal baby de Kate et William - à voir pour terminer avec un dessin du International Herald Tribune.
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.