Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

Michelle Obama : la première First Lady afro-américaine se raconte

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Dix ans après sa mort, hommage à Youssef Chahine

En savoir plus

L’invité du jour

Simon Baker : "Le Brexit peut menacer la circulation des œuvres d’art en Europe"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Rafael Correa : "Il y a un coup d'État en Équateur"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Le TGV marocain "Al-Boraq", vitrine du savoir-faire français

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Le string n'est pas une preuve de consentement"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Brexit : "Un gouvernement divisé, un parti divisé, une nation divisée"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

La fin des sanctions contre l'Érythrée

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Mais qu'est ce que ça veut dire "mettre le bololo" ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Une personnalité française ou internationale, issue de l'univers économique, culturel, politique ou diplomatique, nous livre son regard sur l'actualité. Le samedi à 7 h 45.

Dernière modification : 19/07/2013

Thein Sein : "Il n'y a pas de nettoyage ethnique en Birmanie"

© FRANCE 24

Thein Sein, le président birman, a affirmé lors d’un entretien exclusif accordé à FRANCE 24 que les violences communautaires étaient sous contrôle en Birmanie. Selon lui, ceux qui dénoncent un nettoyage ethnique veulent uniquement dénigrer son pouvoir.

Lors d’un entretien exclusif accordé à FRANCE 24, le président birman Thein Sein a nié les informations selon lesquelles les violences communautaires entre bouddhistes et musulmans en Birmanie s’étaient envenimées ces derniers mois au point de représenter un "nettoyage ethnique".

"Ce sont des informations fabriquées de toute pièce, il s’agit d’une opération de dénigrement menée contre le gouvernement," a martelé le chef d’État, premier président birman à se rendre en France. "Contrairement à ce qui est dit, le gouvernement a été en mesure de contenir ces violences et la situation est revenue à la normale dans le pays."

Les organisations de défense des droits de l’Homme dénoncent vivement les répressions exercées contre les musulmans en Birmanie, et notamment contre la minorité apatride des Rohingyas, une communauté considérée comme la plus persécutée au monde. Le Parlement européen a appelé le 13 juin à la fin des "persécutions" contre ces musulmans, citant des arrestations, emprisonnements arbitraires, actes de torture, viols, destruction des propriétés ou des lieux de culte.

"Moins de 100 prisonniers politiques en Birmanie"

Interrogé sur les libérations de prisonniers politiques, annoncées lundi 15 juillet lors d’une visite à Londres, Thein Sein a affirmé que, depuis son élection en 2011, des milliers de détenus avaient recouvré la liberté. "Je pense qu’il reste actuellement moins de 100 prisonniers politiques détenus dans le pays. S’ils le sont en raison de leur croyance ou de leur position politique, alors ils seront libérés," a-t-il promis.

Une position qui illustre la transition vers la démocratie que Thein Sein entend incarner. Le président a d’ailleurs engagé des réformes depuis son arrivée au pouvoir. Mais, pour la communauté internationale, ces réformes pourraient être freinées par les militaires, présents au sein du Parlement birman. Une crainte à laquelle Thein Sein a réagi en assurant que l’armée ne représentait aucune menace. "Les militaires obéissent aux ordres. Ils ne résistent à aucun changement dû au processus démocratique," a affirmé celui qui a lui-même été un haut membre de l’armée dans le passé. La junte militaire, au pouvoir en Birmanie pendant plus de 20 ans, a officiellement laissé la place en 2011 à un pouvoir civil, à l’issue d’une élection truquée selon la communauté internationale.

Quant à la future élection présidentielle qui doit avoir lieu en 2015, le président a enfin indiqué qu’il n’avait rien à dire sur la potentielle candidature du prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi, libérée des gêoles birmanes en 2010. Thein Sein assure par ailleurs ne pas s’être personnellement préparé à cette échéance électorale.

Par FRANCE 24

Les archives

15/11/2018 L'Entretien de France 24

Rafael Correa : "Il y a un coup d'État en Équateur"

Depuis la Belgique, l'ancien président de l'Équateur Rafael Correa répond à France 24 en espagnol à propos des accusations dont il fait l'objet dans son pays, qu'il juge...

En savoir plus

14/11/2018 L'Entretien de France 24

Un juge à la Cour suprême incite les Américains à s'investir dans la vie publique

Plus d'un mois après la confirmation houleuse du juge fédéral à la Cour suprême Brett Kavanaugh, l'un des doyens de l'institution répond à France 24. Nommé en 1994 par Bill...

En savoir plus

14/11/2018 L'Entretien de France 24

Ivan Duque sur le Venezuela : "Il est urgent d'isoler le tyran"

Le président colombien, Ivan Duque, a accordé une interview exclusive à France 24 et RFI. Il revient notamment sur la situation au Venezuela voisin, que nombre de Vénézuéliens...

En savoir plus

13/11/2018 L'Entretien de France 24

Uhuru Kenyatta : "Aucun pays ne peut combattre seul le terrorisme"

Présent à Paris pour le centenaire de l'armistice de 1918, Uhuru Kenyatta a accordé un entretien à Marc Perelman de France 24. Le président kényan s'est félicité de la...

En savoir plus

13/11/2018 L'Entretien de France 24

Christine Lagarde et Jim Yong Kim : "Il faut un multilatéralisme plus inclusif"

Le président de la Banque mondiale Jim Yong Kim et la directrice du Fonds monétaire international (FMI) Christine Lagarde ont accordé dimanche un entretien exclusif à France 24,...

En savoir plus