Accéder au contenu principal

Un corps sans vie chute d'un avion d'Air France à Niamey

Le siège d'Air France à Roissy
Le siège d'Air France à Roissy AFP

La compagnie aérienne française a annoncé que le cadavre tombé dans la capitale nigérienne était probablement un passager clandestin caché dans le train d'atterrissage de son avion.

Publicité
Les autorités nigériennes ont immobilisé, jeudi 25 juillet, un avion d’Air France pour enquêter sur la mort d’un homme tombé de l’appareil à l’approche de l’aéroport de Niamey.
 
"Selon les premières informations dont nous disposons, un passager clandestin serait tombé de la trappe du train d'atterrissage dans laquelle il se serait dissimulé, à bord d'un vol effectuant la liaison Ougadougou-Niamey-Paris-Charles de Gaulle le 24 juillet", a annoncé la compagnie dans un communiqué.
 
Air France a indiqué que les passagers devaient être acheminés à Paris jeudi et exprimé sa "profonde compassion pour ce drame humain".
 
"Nous avons identifié un corps, a déclaré Abdou Labo, le ministre nigérien de l’Intérieur, cité par l’Agence de presse africaine (APA). Selon toute vraisemblance, il a dû être parachuté ou largué de l'avion d'Air France."
 
Selon la même source, le ministre a précisé que l’équipage et certains passagers seraient entendus et que des prélèvements sur des taches de sang visibles sur l’aile de l’avion permettraient de procéder à des tests ADN.
 
Il n’a pas confirmé le scénario d’un passager clandestin caché dans le train d’atterrissage.
 
Cette thèse ferait de l’incident une nouvelle illustration des conditions de danger dans lesquelles les migrants tentent de franchir les frontières.
 
En Indonésie, le bilan du naufrage d’un bateau qui a coulé mardi avec plus de 200 personnes à bord s’est alourdi. La police locale a indiqué à l’AFP jeudi que les corps d'un Iranien de 30 ans et d'un enfant sri-lankais de 5 ans avaient été retrouvés.

Avec dépêches

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.