Accéder au contenu principal
L'Entretien

André Bourgeot, spécialiste du Mali

Après 18 mois d’une crise politique et militaire qui a plongé le Mali dans le chaos, les Maliens se sont déplacés en nombre et sans incidents pour participer ce dimanche au premier tour de l’élection présidentielle. Mais dans un pays où les fondements administratifs et politiques sont en ruines, fallait-il aller à marche forcée vers ce scrutin ? Pour débattre de cette question, Gauthier Rybinski reçoit André Bourgeot, directeur de recherche au CNRS et spécialiste du Mali.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.