Accéder au contenu principal

Air France : "En quatre ans, on aura perdu entre 12 000 et 15 000 salariés"

AFP

Les syndicats ont remis en question le bien fondé des plans de restructuration prévus par Air France. Selon eux, les suppressions d’emplois vont détériorer les conditions de travail, alors que "les résultats de la compagnie sont en progression".

PUBLICITÉ

Le vaste plan de restructuration prévu par Air France n'est pas du goût de tous. En entendant supprimer entre 2 500 à 2 600 postes d’ici 2014 - une information relayée par la CGT -, la compagnie aérienne va réduire drastiquement les effectifs, quitte à détériorer les conditions de travail, selon plusieurs syndicats.

Didier Fauverte, secrétaire général de la CGT, a en effet relevé mercredi 31 juillet qu'un plan de départs volontaires avait déjà été mis en œuvre deux ans avant le plan d’économies Transform 2015, signé en 2012 entre la direction et les syndicats. "En l'espace de quatre ans, on va avoir perdu entre 12 et 15 000 personnes. Cela commence à faire beaucoup", estime-t-il.

"Dans les escales, ça devient plus que tendu"

"Au point de vue opérationnel, notamment dans les escales, ça devient plus que tendu. Il y a de moins en moins de personnes au contact des passagers", affirme-t-il, ajoutant ne pas être "persuadé que les économies sont faites au bon endroit".

Du côté du syndicat Sud, ce nouveau plan est tout simplement inapproprié. "Il n'y a pas de sureffectif dans la compagnie [...] il y a de moins en moins de personnes dans la compagnie, et la charge de travail, elle, ne diminue pas. Nos conditions de travail se dégradent et cela se ressent sur l'accueil des passagers", dénonce Jérôme Beaurain, cité par le Nouvel Obs.

Selon ce dernier, la situation de la compagnie aérienne est à relativiser. "Les résultats présentés vendredi sont en progression, comme le trafic qui a augmenté de 2 % en six mois", rappelle Jérôme Beaurain. "Il n'y a pas de problème de recettes mais un problème de dépenses. La direction a entériné la commande de 25 Airbus A350 et elle se lance dans des prises de partenariat."

"Un vrai crash pour l’emploi"

Le Parti communiste français (PCF) a pour sa part dénoncé dans un communiqué "un vrai crash pour l'emploi dans une période de chômage de masse", se disant "résolument au côté des salariés qui s'opposent au dépeçage d'Air France".

Dans le cadre de Transform 2015, un plan qui doit permettre de réaliser en trois ans deux milliards d'euros d'économies, Air France a déjà supprimé 5 122 postes. En deux ans, entre juin 2011 et juin 2013, ses effectifs ont fondu de 5 600 postes, passant de 106 300 salariés à 100 700, intérimaires compris.

Avec dépêches

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.