Accéder au contenu principal

Menaces terroristes : À son tour, la France ferme son ambassade au Yémen

AFP

Dans le sillage des Américains, François Hollande a décidé samedi la fermeture de l'ambassade de France au Yémen, et ce pour plusieurs jours, en raison de menaces émanant d'Al-Qaïda. Les concitoyens sur place sont appelés à la plus grande vigilance.

PUBLICITÉ

François Hollande a annoncé, samedi, la fermeture pendant plusieurs jours de l'ambassade de France au Yémen, après les menaces d'attentats d'Al-Qaïda qui ont poussé les Etats-Unis à faire de même dans plusieurs pays.

"Nous sommes informés directement et indirectement de menaces qui concerneraient nos implantations à l'étranger voire nos ressortissants, menaces venant d'Al-Qaïda", a déclaré le chef de l'État. "D'ores et déjà j'ai décidé de fermer l'ambassade de France au Yémen puisque là nous avions des éléments qui nous permettaient de penser que ces menaces étaient extrêmement sérieuses, et d'ailleurs un certains nombre de pays amis avaient également pris cette décision," a-t-il poursuivi. "Donc pendant plusieurs jours, cette ambassade sera fermée".

François Hollande a également demandé aux ressortissants français sur place de prendre les plus grandes précautions.

Risque accru d'attentats d'Al-Qaïda au mois d'août

Cette annonce intervient dans le cadre des mises en garde des gouvernements américain et britannique concernant un risque élevé d'attentats. Vendredi 2 août, les États-Unis ont conseillé vendredi la prudence aux ressortissants américains à l'étranger, évoquant un risque accru d'attentats d'Al-Qaïda au mois d'août, notamment au Proche-Orient et en Afrique du Nord.

"Les Occidentaux appliquent le principe de précaution de façon excessive"

Le département d'État estime, en effet, que les renseignements dont il dispose laissent penser qu'Al-Qaïda et les organisations qui lui sont affiliées continuent de préparer des attentats au Proche-Orient et au-delà, et pourraient concentrer leurs efforts sur ce mois-ci.

De son côté, Interpol a demandé samedi à ses 190 États membres de faire preuve de la plus grande vigilance après une série d'évasions de centaines de criminels dans des prisons de neuf pays depuis un mois, notamment en Irak, en Libye et au Pakistan. Selon un communiqué d’Interpol, Al-Qaïda pourrait être impliquée dans ces évasions.

Avec dépêche

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.