Accéder au contenu principal

Washington ordonne l'évacuation de son consulat de Lahore, au Pakistan

AFP

Après avoir émis une alerte mondiale le 2 août par crainte d'attentats d'Al-Qaïda et fermé plusieurs ambassades dans le monde musulman, les États-Unis ont ordonné jeudi le départ du personnel non essentiel du consulat de Lahore, au Pakistan.

PUBLICITÉ

Trois jours après l'évacuation de l'ambassade des États-Unis au Yémen, le gouvernement américain a ordonné le 8 août le départ du personnel non essentiel de son consulat de Lahore, dans l'est du Pakistan, en invoquant une menace d'attentat. Il a également appelé ses ressortissants à éviter tout voyage "non essentiel" dans ce pays.

Peu après les Etats-Unis, Interpol a lancé le 3 août une alerte globale de sécurité invitant à la plus grande vigilance tous les pays membres de l'organisation de coopération policière face à la menace d'Al-Qaïda.

Interpol a décidé de lancer son alerte "après une série d'évasions de prison dans neuf pays membres, parmi lesquels l'Irak, la Libye et le Pakistan", a annoncé dans un communiqué l'organisation internationale basée à Lyon (centre-est de la France).

Interpol rappelle que le mois d'août est une date anniversaire liée à plusieurs "violentes attaques terroristes" en Inde, Russie et Indonésie.
 

"Le département d'État a ordonné ce retrait en raison de menaces spécifiques concernant le consulat américain à Lahore", lit-on dans une alerte voyageurs mise en ligne sur le site du département d'État jeudi. Le Pakistan accueille un certain nombre de groupes activistes et notamment Al-Qaïda.

 
"La présence de plusieurs groupes terroristes étrangers et locaux représente un danger potentiel pour les citoyens américains au Pakistan", ajoute le département d'État dans son communiqué.
 
Depuis le 2 août, date de l’émission d’une une alerte mondiale, les États-Unis ont fermé plusieurs ambassades dans le monde arabo-musulman, en disant redouter des attentats de la part d'Al-Qaïda.  Selon le site internet américain Daily Beast, l'alerte a été lancée après l'interception d'une conversation téléphonique entre le numéro 1 d'Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, et des responsables de filiales du réseau au Maghreb, en Irak, au Pakistan ou encore dans le Sinaï égyptien.
 
Lors de cette conférence, un projet d'attentats a été évoqué en des termes vagues, ainsi que le fait que des équipes étaient déjà en place pour les perpétrer, selon la publication, qui cite des responsables américains.

Avec dépêches

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.