Accéder au contenu principal

Mondiaux d'athlétisme : Pierre-Ambroise Bosse, jeune patron du demi-fond

AFP

À 21 ans, Pierre-Ambroise Bosse participe ce mardi soir à sa première finale mondiale à Moscou. Ce jeune spécialiste français du 800 mètres espère briller en l'absence de la star de la discipline, le Kényan David Rudisha.

Publicité

À Moscou, Pierre-Ambroise Bosse participe à ses tous premiers championnats du monde mais il fait déjà peur aux plus grands. Après s’être brillamment qualifié dimanche 11 août pour la finale du 800 mètres en prenant la deuxième place en 1’44’’75, l’athlète de 21 ans fait désormais partie des outsiders. Alors que la vedette de la discipline, le Kényan David Rudisha, champion du monde et champion olympique en titre, est forfait pour blessure, tous les espoirs sont permis pour le jeune Français de 21 ans face aux deux grands favoris, l’Éthiopien Mohamed Aman et le Djiboutien Ayanleh Souleiman.

"Je ne vais pas vraiment me poser de question, y aller à l’instinct. Il n’y a pas Rudisha donc ça n’ira pas en 1’40’’9. Je vais aller chercher la meilleure place possible, nous sommes huit concurrents pour trois médailles", a annoncé Pierre-Ambroise Bosse après sa demi-finale.


Le sportif, licencié au club de Gujan Mestras en Gironde, affiche une belle décontraction mais il a longtemps lutté contre la pression. "L’anxiété, je l’ai chassée, et je ne veux plus jamais la revoir", confiait-il au journal "La Voix du Nord" avant les Mondiaux. Pour atteindre le haut niveau, Pierre-Ambroise Bosse avoue même avoir eu un déclic psychologique : "Avant, j’avais le stress de souffrir : le 800 mètres est une épreuve terrible. Cette année, je n’ai plus peur. Au contraire, j’ai envie de me faire mal".

Humour et confiance

Pour vaincre ses angoisses, le sportif utilise également l’humour. Sur sa page Facebook, il raconte son quotidien sur un mode très décalé. Lors de son arrivée à Moscou, il a ainsi posté une photo de la championne de tennis russe Maria Sharapova assise sur le lit d’une chambre d’hôtel avec cette légende malicieuse : "Quelle surprise de voir Maria. Accueil russe chaleureux. À suivre". Quelques jours plus tard, après sa qualification, il s’amusait également de sa performance dans un nouveau message : "Je me lance dans une sieste de 45 heures ! Je mets mon réveil à l'heure de la finale".

Le message de Pierre-Ambroise Bosse sur son compte facebook lors de son arrivée à Moscou

Avec une confiance à son maximum, le "super Bosse" est promis à un bel avenir. Sacré champion d’Europe espoirs début juillet à Tampere en Finlande, il a aussi réalisé cette année la cinquième performance mondiale de la saison avec son record de France espoirs (1’43’’76). La pépite du demi-fond a également participé pour la première fois à des meetings de la Ligue de diamant aux côtés des meilleurs coureurs de la planète.

Grand espoir de l’athlétisme français, il ne cache pas son ambition. Comme il l’affirmait récemment sur le site de la fédération française, Pierre-Ambroise Bosse est avant tout un chercheur d’or : "J’aimerais devenir le meilleur, gagner les Jeux olympiques. C’est le rêve de tout jeune athlète, je crois. Aller à Rio en 2016 et décrocher la médaille d’or, j’y pense tous les jours ".

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.