Accéder au contenu principal

Mondiaux d'athlétisme : Isinbayeva est toujours la "tsarine" de la perche

AFP

Après plusieurs années de doute, Yelena Isinbayeva a montré mardi devant son public qu'elle était toujours la meilleure. La perchiste russe est devenue championne du monde pour la troisième fois avec un saut à 4,89 mètres.

Publicité

La Russe Yelena Isinbayeva, la meilleure perchiste de l'histoire, a ajouté mardi une page de gloire à sa légende en regagnant sa couronne de championne du monde sous les yeux du public du stade Loujniki de Moscou entièrement acquis à sa cause.

A 31 ans, la championne olympique à Athènes et Pékin a franchi une barre à 4,89 mètres et effacé par la même occasion les doutes nés de ses résultats en demi-teintes de ces dernières années.

Pour le spectacle, la seule femme à avoir jamais sauté au-delà de cinq mètres a ensuite tenté sans succès d'établir un nouveau record du monde à 5,07 mètres, un centimètre plus haut que l'actuel.

Ses concurrentes les plus dangereuses, la championne olympique américaine Jennifer Surh et la Cubaine Yarisley Silva, se sont arrêtées à 4,82 mètres, la médaille d'argent revenant à la première des deux au bénéfice du nombre d'essais.

Le concours avait pourtant mal commencé pour Yelena Isinbayeva, qui a coincé d'entrée à 4,65 mètres. De son côté, Jennifer Surh a franchi ses deux premières barres, à 4,55m puis à 4,75m dès ses premières tentatives.

Mais la Russe partait avec un avantage non négligeable, le soutien bruyant du stade moscovite qui n'avait jamais été aussi plein depuis le début, samedi, des Mondiaux.

Un choeur de "Yelena Yelena" descendait des tribunes avant chacune de ses courses d'élan et la foule a salué chacun de ses sauts réussis.

En guise de réponse, Sa Majesté Isinbayeva a affiché une mine de plus en plus radieuse puis, une fois la médaille d'or acquise, elle a couru droit vers le public pour embrasser son entraîneur.

Ce sacre a des allures de résurrection pour la Russe, reine incontestée de sa discipline entre 2003 et 2008, qui semblait avoir entamé un déclin irrémédiable depuis les JO de Pékin.

Aux Mondiaux de Berlin, en 2009, elle avait raté tous ses sauts, à la suite de quoi elle s'était accordé une pause de onze mois.

Après son retour et un nouvel échec aux championnats du monde de Daegu (Corée du Sud) en 2011, Yelena Isinbayeva n'avait pu faire mieux que le bronze aux JO 2012 à Londres.

Bloquée à 4,45m, la Française Marion Lotout a fini 12e et dernière du concours.

Reuters

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.