Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

France 24 en Libye : les migrants débarqués du Nivin dans le port de Misrata

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Alain Juppé : "Les réformes de la fiscalité écologique sont nécessaires"

En savoir plus

LE DÉBAT

Affaire Carlos Ghosn : dérive solitaire ou lutte de pouvoir ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

RD Congo : coup d'envoi de la campagne à un mois de la présidentielle

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Jawad Bendaoud, le logeur des jihadistes du 13-Novembre, jugé en appel

En savoir plus

FOCUS

Le chlordécone, poison pour les terres et les corps en Martinique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Zahia Ziouani, la "maestra" pour qui rien n’est impossible

En savoir plus

L’invité du jour

Stéphane Bourgoin : "Les serial killers cherchent à devenir l’égal de Dieu"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Affaire Carlos Ghosn : quel avenir pour l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi ?

En savoir plus

Afrique

Tuerie de Marikana : la police sud-africaine a menti, selon la Commission d'enquête

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/09/2013

La police sud-africaine a été accusée jeudi d'avoir menti sur la tuerie de Marikana, qui a causé la mort de 34 mineurs en grève en août 2012, par la commission chargée d'enquêter sur cette fusillade, la pire depuis la fin de l'apartheid.

La police sud-africaine aurait menti sur les circonstances du massacre de Marikana. C'est en tous cas l'accusation qu'a portée jeudi la commission d'enquête sur la tuerie de 34 mineurs par les forces de l'ordre en août 2012.  Un drame qui avait bouleversé l'Afrique du sud et déclenché une flambée de violence dans les mines.

"Nous avons obtenu des documents prouvant que la version de la police sur les événements de Marikana (...) ne correspond pas à la vérité", affirme la Commission dans un communiqué, sans donner aucun détail sur le contenu de ces documents.

Des éléments de preuve dissimulés

La Commission évoque aussi des éléments de preuve apparemment dissimulés aux enquêteurs par la police, et d'autres contrefaits et anti-datés après les faits. La principale question à laquelle doit répondre la Commission est de savoir si les policiers ont raison d'affirmer qu'ils étaient en état de légitime défense quand ils ont tiré.

Le 16 août 2012, la police sud-africaine, débordée par des grévistes hostiles, employés par le groupe britannique Lonmin, a ouvert le feu sur la foule à la mine de platine de Marikana, à une centaine de kilomètres de Johannesburg (nord).

Dans les jours et les semaines suivant le massacre, des journalistes sud-africains et des témoins avaient affirmé qu'une partie des victimes avaient été pourchassées par la police après la fusillade, et abattues ou achevées par des balles tirées dans le dos ou à bout portant.

Cette tuerie est sans précédent depuis la fin du régime raciste de l'apartheid. À ce jour, aucun policier n'a été inquiété.

Avec dépêches

 

Première publication : 19/09/2013

  • AFRIQUE DU SUD

    Afrique du Sud : un an après le drame de la mine de Marikana, "rien n'a changé"

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD

    Plusieurs mineurs grévistes de Marikana tués lors de heurts avec la police

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD

    La direction de la mine de Marikana lâche du lest face aux grévistes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)