Accéder au contenu principal

Fusillade à Nairobi : les forces kenyanes lancent un assaut majeur

Dans le centre commercial Westgate Mall
Dans le centre commercial Westgate Mall AFP

L'armée kenyane a lancé dimanche soir un assaut de grande envergure contre la dizaine d’islamistes shebab toujours retranchés dans le centre commercial Westgate Mall de Nairobi. L'attaque a fait au moins 68 morts, dont le neveu du président kenyan.

Publicité

Les forces de sécurité kenyanes tentaient toujours, dimanche 22 septembre, de déloger une dizaine d'hommes armés, proches des islamistes somaliens shebab, du centre commercial de Nairobi, au Kenya, qu’ils avaient attaqué la veille. Le bilan des victimes s’est alourdi à 68 morts et plus de 200 blessés, selon la Croix-Rouge kenyane.

Dimanche soir, plus de trente heures après le début de l'attaque, un assaut majeur a été lancé par l'armée contre les dix à quinze islamistes retranchés dans le centre commercial. "La plupart des otages ont été secourus et les forces de sécurité ont pris le contrôle de la plupart des endroits du bâtiment", a affirmé l'armée kényane sur Twitter. "Tous les efforts sont en cours pour apporter une conclusion rapide à cette affaire", a-t-elle ajouté.

Une forte explosion a été entendue, plus tôt, alors qu'un membre des forces spéciales  confirmait que des combats étaient en cours. Selon un militaire kenyan, une précédente tentative de reprendre le contrôle du bâtiment a échoué plus tôt dans la journée.

Deux Françaises parmi les victimes

Le président kenyan, Uhuru Kenyatta, a annoncé dimanche après-midi la mort de son neveu et de la fiancée de ce dernier dans cette attaque. "Nous punirons rapidement et très douloureusement les organisateurs" de cet assaut, a-t-il déclaré, ému. "Ils devront payer pour leurs actes ignobles et bestiaux", a ajouté le chef de l'État.

"[les auteurs du massacre] ne vont pas s'en sortir", affirme le président kenyan

Deux Françaises et trois Britanniques ont également péri, ont annoncé respectivement l'Élysée samedi soir et le Foreign Office, dimanche. Le poète ghanéen Kofi Awoonor a lui aussi été tué. Cinq Américains figurent parmi les blessés.

Il y avait au total sept Français dans le centre commercial au moment de l'assaut. Cinq d'entre eux ont réussi à fuir, dont un blessé qui a été transporté à l'hôpital, a annoncé dimanche sur BFM TV Helène Conway-Mouret, la ministre chargée des Français de l'étranger. Ses jours ne sont pas en danger, a précisé la ministre. Plus d'un millier de personnes ont été évacuées depuis le début de l'attaque, selon le ministre de l'Intérieur kenyan.

Des Israéliens en renfort des soldats kényans

Un grand nombre de soldats kenyans avec des casques et des gilets pare-balles étaient  visibles autour du centre commercial dimanche. En renfort des forces kenyanes, des forces spéciales israéliennes ont pénétré à l'intérieur du bâtiment, a affirmé dimanche sous couvert d'anonymat une source sécuritaire à l'AFP.

"L'action se situerait au 2e ou au 3e étage"

Une dizaine d'assaillants masqués ont fait irruption samedi vers midi dans le centre commercial bondé du "Westgate Mall". Ils ont ouvert le feu à l'arme automatique et à la grenade sur la foule d'un millier de clients et d'employés du centre, un des lieux de promenade préférés des classes aisées et des expatriés de Nairobi.

"Retirez toutes vos forces de notre pays"

Les Shebab somaliens, liés à Al-Qaïda, ont revendiqué l'attaque dans la soirée." Ce que les Kenyans voient à Westgate, c'est de la justice punitive pour les crimes commis par leurs soldats" en Somalie "contre les musulmans", ont justifié les Shebab, rappelant avoir "prévenu le Kenya à de nombreuses reprises". "Le message que nous envoyons au gouvernement et à la population kenyane est, et sera toujours le même : retirez toutes vos forces de notre pays", ont ajouté les Shebab.

Depuis 2011, l'armée kenyane est présente dans le sud de la Somalie, dans le cadre d'une force africaine soutenant le gouvernement somalien. Cette force a infligé de nombreuses défaites aux islamistes. L'attentat de samedi pourrait être le plus meurtrier à Nairobi depuis une attaque-suicide d'Al-Qaïda en août 1998 contre l'ambassade américaine, qui avait fait plus de 200 morts.

Avec dépêches

L'attaque en images
{{ scope.counterText }}
{{ scope.legend }}© {{ scope.credits }}
{{ scope.counterText }}

{{ scope.legend }}

© {{ scope.credits }}
Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.