Accéder au contenu principal

Les Shebab encerclés par la police dans le centre commercial de Nairobi

AFP

L'armée kenyane a donné l'assaut, dimanche 22 septembre, contre la dizaine d’islamistes shebab toujours retranchés dans un centre commercial à Nairobi. Ils ont menacé d'abattre leurs otages.

Publicité

Les forces de l’ordre kényanes ont donné un nouvel assaut, lundi 23 septembre, contre les islamistes shebab retranchés depuis samedi dans le centre commercial Westgate. Les assaillants retiennent un nombre indéterminé d’otages, qu’ils ont menacé de tuer si la police usait de la force pour les déloger. Selon un dernier bilan de la Croix-Rouge kényane, l’attaque lancée samedi a fait au moins 69 morts et 200 blessés. Soixante-trois personnes sont également portées disparues.

• Le ministre de l'Intérieur kényan Joseph Ole Lenku, la quasi-totalité des otages ont été libérés et la police contrôle le centre commercial. Selon lui, les islamistes sont cernés dans le centre commercial et ne peuvent s'échapper. Il a précisé que deux des islamistes shebab ont été tués dans l'assaut de la police contre le centre commercial. Selon lui, les assaillants sont tous des hommes de différentes nationalités. Certains sont déguisés en femme.

• Selon une journaliste de l'AFP, présente sur place, plusieurs explosions ont retenti en début d'après-midi près du centre commercial. Une épaisse fumée noire s'échappe du bâtiment.

• Les forces kényanes ont encore secouru des personnes qui se trouvaient dans le centre commercial de Nairobi et se rapprochent des assaillants, a déclaré lundi l'inspecteur général de la police kényane au troisième jour du siège.

• Des coups de feu sont régulièrement entendus depuis le petit matin, plusieurs

" Les assaillants sont retranchés dans une salle de cinéma".

explosions ont également retenti, selon les journalistes présents autour du centre commercial. Selon Stéphanie Braquehais, correspondante de FRANCE 24 à Nairobi, "les forces spéciales tentent de s’infiltrer dans le centre afin de reprendre le contrôle des lieux petit à petit. Plusieurs étages échappent au contrôle de la police : la superficie des lieux est très grande". "Il semblerait que les islamistes se soient enfermés dans une salle de cinéma", rapporte-t-elle encore.

• Les Shebab ont déclaré avoir lancé cette attaque en réponse à une intervention des troupes kényanes en Somalie, lancée en octobre 2011 pour lutter contre les islamistes liés à Al-Qaïda. Les terroristes exigent que les soldats kényans se retirent du territoire somalien.

• Il s'agit de la première crise d'envergure pour le président Uhuru Kenyatta, élu en mars, qui a perdu un neveu dans l'attaque. "Nous avons surmonté d'autres attaques terroristes", a-t-il rappelé, évoquant l'attentat de 1998 contre l'ambassade des États-Unis à Nairobi qui a fait plus de 200 morts. Le président Kenyatta a également déclaré qu'il "ne cèder[ait] pas dans la guerre contre le terrorisme" et qu'il ne retirerait pas les forces kényanes de Somalie.

"Les Shebab ont eux-mêmes affirmé avoir laissé en vie les bons musulmans et tué les chrétiens".

• La Cour pénale internationale (CPI) accepte d'ajourner d'une semaine le procès de William Ruto, vice-président du Kenya, pour lui permettre de gérer la crise dans son pays. L’homme est actuellement entendu par la CPI pour son rôle présumé dans les violences post-électorales kényanes de 2007-2008 au cours desquelles plus d’un millier de personnes avaient été tuées.

• L’Élysée a fait savoir que deux ressortissants français figuraient parmi les victimes, une mère et sa fille. Le centre commercial de Westgate est un lieu huppé, souvent fréquenté par la communauté occidentale expatriée qui réside au Kénya.

• La Grande-Bretagne a annoncé la mort de trois de ses ressortissants. Le Premier ministre britannique David Cameron a dit s'attendre à un bilan plus lourd. Ce dernier a interrompu son séjour annuel au château écossais de Balmoral, afin de présider, lundi après-midi, une réunion de crise "sur les attaques terroristes au Kenya".

Relisez les développements de la matinée sur notre liveblog, ci-dessous.
 

 

 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.