CRIMINALITÉ

Grèce : Athènes met hors-jeu le parti néonazi Aube dorée

AFP

Après le coup de filet de la police contre son chef et plusieurs de ses cadres, le parti néonazi Aube dorée est désormais accusé d'être une organisation criminelle, alors même qu'il connaissait une popularité grandissante.

Publicité

it
"des images inédites en grèce"

Samedi 24 septembre, le secrétaire général d’Aube dorée, Nikos Michaloliakos, ainsi que quatre députés les plus renommés du parti néonazi grec et plusieurs de ses cadres ont été arrêtés par la police et accusés d’appartenir à une "organisation criminelle". La réponse du gouvernement grec au meurtre d’un musicien antifasciste, perpétré il y a dix jours par un membre de ce parti d'extrême droite, était attendue de pied ferme par la population.

Plusieurs questions se posent à présent : Aube dorée, représentée par 18 députés au Parlement, sera-t-il dissous ? Après une fulgurante ascension dans les sondages, sa popularité va-t-elle pâtir des preuves qu’apportera l’enquête ? Des violences de ses membres sont-elles à craindre en retour ?

  • Accusé de laxisme vis-à-vis d’Aube dorée, le gouvernement a réagi avec force

"Non seulement ils ont enfin réagi, mais ils ont fait cela de manière assez large", observe Joëlle Dalègre, professeur de civilisation grecque à l'Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco) et auteur de "La Grèce depuis 1940". La chercheuse a comptabilisé dans les différents médias grecs jusqu’à 32 arrestations samedi 28 septembre, dont les 4 députés  et le président du mouvement. "Une arrestation aussi large ne se fait pas aussi vite, ils devaient mijoter leur coup depuis l’assassinat du musicien Pavlos Fissas, qui a fait figure d’électrochoc". Lundi déjà, la démission et la suspension de plusieurs cadres de la police soupçonnés d’avoir des liens avec Aube dorée avait marqué les esprits.

Ce parti d’extrême droite était devenu, à l'évidence, une menace pour le gouvernement : "Les derniers sondages laissaient supposer que les élus d’Aube dorée pourraient doubler le nombre de leurs voix, ce qui représente un danger énorme pour les partis en place", analyse la chercheuse. De plus, la rumeur, non vérifiée, d’une tentative de coup d’État de l’extrême droite fomentée par des officiers de renseignement a peut-être également poussé le gouvernement à agir.

  • Aube dorée, ses tabassages d'étrangers et son financement obscur

Les perquisitions menées au domicile des membres du parti arrêtés ont permis de retrouver des armes détenues illégalement, ce qui n’a rien d’une surprise, selon Joëlle Dalègre. Les personnes appréhendées sont également accusées d’appartenir à une "organisation criminelle". Ici encore, il s’agit plutôt d’une confirmation, puisque le parti est depuis longtemps soupçonné d’être lié à des tabassages d'immigrés.

Mais la surprise pourrait venir de leurs comptes en banque : "Selon deux ou trois journaux grecs, il pourrait y avoir une enquête pour blanchiment d’argent", explique la spécialiste, qui avoue n’avoir jamais réussi à déterminer les sources de financement du parti. "Aube dorée affirme que c’est grâce aux indemnités de ses élus, mais cela ne suffit pas pour financer des manuels scolaires, des corps de pompiers auxiliaires, etc." D’autant plus que, rappelle la chercheuse, certains entrepreneurs restés anonymes ont accusé le parti d’extorsion de fonds. "Certains commerçants étrangers se plaignent eux aussi de racket, ce qui pourrait être vrai car il est déjà arrivé que des membres d’Aube dorée saccagent des magasins", note Joëlle Dalègre.

  • Au Parlement grec, des élections partielles sont pour l’instant exclues

Selon la loi grecque, tant que les députés arrêtés ne sont pas condamnés définitivement, ils gardent leurs sièges. En revanche, les députés grecs ont massivement voté pour la levée de l'immunité.

Par ailleurs, il n’est pas question pour le gouvernement d’organiser des élections partielles à ce jour, car il pourrait bien perdre sa majorité "Si on élit un nouveau personnage d’Aube dorée à la place d’un autre, ce serait un camouflet abominable" pour l’exécutif, juge la professeure. Sans compter la Troïka (Union européenne, Fonds monétaire international, Banque centrale européenne), qui tient à ce que le gouvernement actuel reste en place pour continuer les négociations sur la dette grecque.

  • Même si Aube dorée n’est pas dissous, il sera affaibli

Aube dorée sera-t-il dissous ? "Je ne sais pas jusqu’où le gouvernement est décidé à aller, mais si les quatre députés et le chef d’Aube dorée sont condamnés, il sera difficile de laisser le parti en place", juge Joëlle Dalègre, pour qui la suppression des subventions publiques [qui doit être votée par le Parlement lundi 30 septembre] devrait déjà considérablement affaiblir le parti.

Mais le plus important selon la chercheuse, c’est l’impact de ces arrestations sur la popularité d’Aube dorée : "Ils ont tabassé des étrangers, mais cette fois-ci, ils ont poignardé un Grec [le musicien, NDLR]. Et pour des 'Monsieur propre' autoproclamés de la politique, blanchir de l’argent sale fait mauvais genre, d’autant plus que les Grecs commencent à être profondément allergique aux histoires de blanchiment."

  • Seuls les militants convaincus peuvent être une menace

Difficile de savoir, quelques heures à peine après ce coup de filet, quelles seront les réactions des militants. Quelques centaines de partisans d’Aube dorée se sont réunis dans la journée devant les sièges de leur parti pour exprimer leur colère. "Mais l’ensemble des médias grecs célèbrent cette arrestation", observe Joëlle Dalègre, selon qui à peine 3 % des électeurs d’Aube dorée constituent "un petit fond de convaincus, et cela depuis trente ans". "Le seul risque, observe-t-elle, c’est que de petits groupes motivés et armés fassent beaucoup de dégâts."

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine