Accéder au contenu principal
SYRIE

Les experts en armes chimiques sont arrivés en Syrie

AFP
3 mn

Chargés de faire appliquer une résolution de l'ONU, les inspecteurs internationaux dont la mission est de lancer l'opération de démantèlement des armes chimiques du régime de Bachar al-Assad sont arrivés mardi en Syrie.

Publicité

La vingtaine d'inspecteurs de l’ONU chargés de lancer l'opération de démantèlement des armes chimiques syriennes est entrée mardi 1er octobre en Syrie par le poste-frontière de Masnaa, en venant du Liban.

Ces inspecteurs de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), chargés de faire appliquer une résolution de l'ONU encadrant la destruction de l'arsenal chimique syrien, sont passés à la frontière en milieu d'après-midi à bord d'une vingtaine de véhicules tout-terrain blancs.

Les autorités syriennes ont fourni le 19 septembre une liste des sites de production et de stockage des armes chimiques, devant être inspectés dans les 30 jours, dans le cadre d'un accord russo-américain prévoyant le désarmement chimique du pays d'ici mi-2014. "Pour le moment, nous n'avons aucune raison de douter des informations fournies par le régime syrien", a déclaré un responsable de l'OIAC.

Près de 110 000 morts en trente mois

Il s'agit de l'une des opérations de désarmement les plus ambitieuses et les plus dangereuses jamais tentées. De telles opérations ont déjà été entreprises en Irak et en Libye mais jamais en pleine guerre - or la Syrie s'enfonce chaque jour dans un conflit qui a fait plus de 110 000 morts en trente mois.

Les inspecteurs de l'OIAC arrivent au lendemain du départ des experts de l'ONU, qui ont enquêté sur sept cas où le régime ou l'opposition ont dénoncé des attaques chimiques, près de Damas et dans le nord de la Syrie. Ils doivent remettre leur rapport fin octobre. Ces experts ont déjà établi que du gaz sarin avait été utilisé à une grande échelle lors de l'attaque du 21 août près de Damas qui a provoqué l'indignation à travers le monde et poussé plusieurs pays, Etats-Unis en tête, à envisager une action militaire punitive.

Avec dépêches

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.