Accéder au contenu principal
EXTRÊME DROITE

Grèce : des responsables du parti néonazi Aube dorée devant la justice

AFP
4 mn

Le chef du parti néonazi Aube dorée et les quatre députés arrêtés samedi à Athènes ont comparu devant un juge d'instruction. Ils sont poursuivis pour "participation à une organisation criminelle".

Publicité

Des députés du parti néonazi Aube dorée, ainsi que le leader de la formation, placés en garde à vue après une vaste opération policière et judiciaire, ont comparu, mardi 1er octobre, devant un juge d'instruction afin de répondre de l'accusation d'appartenance à une "organisation criminelle".

L'arrestation des gros bonnets du parti fait suite au meurtre, à la mi-septembre, d'un rappeur antifasciste par un sympathisant de la formation d'extrême droite.

Des migrants pakistanais pris pour cible

Des témoignages d'ex-membres d'Aube dorée et un rapport judiciaire, publiés lundi, mettent au jour les nombreuses "actions criminelles" du parti néonazi grec, dont des opérations coordonnées de tabassages d'immigrés.

it
fr/ptw/2013/10/01/WB_FR_NW_GRAB_KEFALAS_SUR_AUBE_DOREE_8H_NW502437-A-01-20131001.mp4

Des "milices d'assaut" avaient été constituées par le parti et s'en prenaient en particulier aux migrants pakistanais ces dernières années, selon des témoignages, a rapporté la presse grecque. "J'ai participé à plusieurs reprises à des actions où prenaient part 50 à 60 motos, avec deux personnes sur chacune. Celui qui était à l'arrière tenait un bâton avec le drapeau grec et frappait tous les Pakistanais qu'il rencontrait", a révélé l'un de ces ex-militants.

Aube dorée dispose, par ailleurs, d'une "structure strictement hiérarchisée, le dirigeant étant tout puissant selon le principe de Hitler, le Führerprinzip. [...] Aube dorée a commencé ces attaques en 1987, tout d'abord contre des immigrés et ensuite contre des Grecs", révèle le rapport du vice-procureur de la Cour suprême, Charalambos Vourliotis, consulté par l'AFP.

Recrutement de mineurs

Évoquant l'idéologie raciste de cette formation, le vice-procureur a souligné que "pour les membres du parti, ceux qui n'appartiennent à la 'tribu' sont des sous-hommes. Dans cette catégorie figurent les migrants, les Roms, ainsi que les handicapés".

Il a précisé qu'Aube dorée, "dont les membres bénéficient d'un entraînement de type militaire, surtout dans des régions de l'Attique [agglomération d'Athènes] a commis des dizaines d'actions criminelles" dont "deux homicides volontaires, trois tentatives d'homicide, et de nombreuses attaques contre des immigrés".

"Le phénomène le plus inquiétant est le recrutement de mineurs pour former des organisations de jeunes militants", a conclu Charalambos Vourliotis.

Nouveau projet de loi

De son côté, le gouvernement grec a annoncé, lundi, qu'il présenterait au Parlement un nouveau projet de loi contre le racisme. "Ce texte sera soumis au Parlement dans quelques jours. Il a une valeur morale et symbolique", a déclaré le vice-Premier ministre, le socialiste Evangelos Venizelos.

Le gouvernement prépare également une nouvelle loi qui mettrait fin au financement d'Aube dorée par des fonds publics, car "la démocratie n'a pas à financer ses adversaires", a poursuivi Venizelos.

Avec dépêches

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.