Accéder au contenu principal
Sur le net

USA : la colère des internautes face au "shutdown"

Aujourd’hui sur le net, les internautes américains continuent d’exprimer leur colère face au "shutdown". Malgré la fermeture de Silk Road, les trafiquants poursuivent leurs activités sur le "deep web". Et le "Twipping" est la nouvelle tendance en vogue sur les réseaux sociaux.

Publicité

USA : la colère des internautes face au "shutdown"

"Faites votre travail pour que je puisse faire le mien". Voici le message que lance sur Twitter l’internaute Jacky au Congrès américain après une semaine de paralysie gouvernementale. Comme elle, de nombreux fonctionnaires mis au chômage technique se tournent vers les réseaux sociaux pour exprimer leur frustration.

Une colère souvent dirigée contre les législateurs qui n’arrivent toujours pas à trouver d’accord sur le budget de l’Etat. Un site a même été créé avec un compteur estimant le total des salaires perçus, depuis une semaine, par les membres du Congrès qui continuent eux d’être payés pendant le « shutdown ». Des législateurs qui sont appelés à refuser leur paie ou à la reverser à des œuvres caritatives, ce qu’une partie d’entre eux s’est déjà engagée à faire.

D’autres ont de leur côté fait part de leur colère face à la fermeture de certains services fédéraux. Ainsi, quand les habitants de la région de San Francisco ont ressenti, dimanche, un séisme de magnitude 3 sur l’échelle de Richter, ils ont été nombreux à se plaindre sur Internet de l’absence d’informations officielles sur le site de l’Institut géologique américain. Une vague de mécontentement qui aurait poussé l’organisme à poster une mise à jour à propos du tremblement de terre dans les heures qui ont suivi.

Et la mise hors service du site du système « Amber Alert » a également provoqué la fureur de certains utilisateurs des réseaux sociaux persuadés que ce dispositif de réponse aux disparitions d’enfants avait été suspendu alors qu’en réalité seule la page web avait été désactivée. Des réactions indignées face auxquelles le gouvernement a finalement décidé de remettre le site en ligne, lundi.

 

Le « deep web », la face cachée d’Internet

Les autorités américaines ont annoncé la semaine dernière la fermeture du site Silk Road, un marché noir de produits illégaux où les internautes pouvaient acheter toute sorte de stupéfiants. Et si la disparition de l’une des plus célèbres plateforme de ce type représente un coup dur pour ses clients, elle est loin de menacer les trafiquants qui opèrent dans le « Deep web », c’est-à-dire le « web profond ».

Une constellation de sites non référencés par les moteurs de recherche et qui constituent la face cachée d’Internet. Pour y accéder, il faut généralement passer par des logiciels comme Tor qui permet aux utilisateurs de crypter leurs communications. Et les achats y sont habituellement effectués avec des Bitcoins, une monnaie virtuelle qui garantit l’anonymat des transactions.

Un réseau parallèle où les commerces illicites, mais très lucratifs, prospèrent en toute discrétion. Drogues, mais aussi ivoire de contrebande, logiciels de piratage, fausses identités, images pédopornographiques, armes à feu ou même contrats de tueurs à gage, ces produits et ces services continent ainsi d’être proposés sur des sites comme « Black Market Reloaded » ou « Sheep Marketplace ».

Des plateformes qui, d’après les journalistes du site The Verge, devraient rapidement récupérer les parts de marché qui étaient jusqu’ici détenues par Silk Road, alors que de nouveaux sites sont en train de faire leur apparition dans le deep web pour tenter de séduire les habitués qui sont à la recherche d’alternatives pour se procurer des produits illégaux.

 

Des polices de caractère illisibles pour Google et la NSA

Dans le but de protester contre la surveillance accrue du web mise en place par la NSA ou des sociétés comme Google, le designer Sang Mun a élaboré 4 polices typographiques baptisées ZXX qui sont illisibles par les outils de reconnaissances de caractère. Une méthode innovante pour empêcher les analyses automatisées des textes et dont l’objectif premier est, pour l’artiste, d’attirer l’attention des internautes sur les questions d’espionnage en abordant le sujet sous un angle différent.

 

Tendance du jour sur les réseaux sociaux

Le « twipping » est la dernière mode à s’être emparée des réseaux sociaux. Le principe : poser les quatre fers en l’air aux pieds d’un escalier comme si on venait de faire une chute douloureuse. Mais cette tendance aurait poussé certains jeunes internautes à tomber volontairement du haut des marches pour se prendre en photo en pleine dégringolade, quitte à se faire vraiment mal juste pour épater la galerie. C’est pourquoi le « twipping » a été qualifié de mode stupide par de nombreux internautes et plusieurs sites d’information qui déconseillent donc vivement de s’adonner à cette pratique.

 

Vidéo du jour

C’est pour inciter les Australiens à apprendre les gestes de premiers secours que la branche locale de la Croix-Rouge a réalisé cette vidéo d’animation pleine d’humour qui circule actuellement sur les sites de partage. Un court clip qui rappelle que si les pansements sont bien utiles pour soigner les petits bobos, ils ne servent pas à grand chose en cas d’accident plus grave d’où l’importance de savoir quels gestes effectuer en pareille circonstance. Une initiative originale à découvrir au plus vite sur la Toile…

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.